A LA UNEACTUALITÉS

78% des jeunes africains favorables à la création de leur propre entreprise d’ici 2027 – Sud Quotidien

Une enquête réalisée par l’Ichikowitz Family Foundation (Iff) auprès de 4507 jeunes africains originaires de quinze pays révèle que 78% des jeunes sondés et âgés de 18 à 24 ans envisagent de créer leur propre entreprise au cours des cinq prochaines années.

Face à l’absence de débouchés auprès des pouvoirs publics pour la création d’emplois, de nombreux jeunes semblent de plus en plus résolus à entreprendre pour se faire leur place au soleil. Ce dynamisme d’esprit est conforté par un sondage réalisé par l’Ichikowitz Family Foundation (Iff) auprès de 4507 jeunes africains originaires de quinze pays, établit que 78% des jeunes sondés et âgés de 18 à 24 ans envisagent de créer leur propre entreprise au cours des cinq prochaines années. L’étude rendu publique en début de semaine renseigne que ce taux est particulièrement élevé au Malawi (92%), au Rwanda (89%) et en Ouganda (89%). Il est cependant relativement bas au Gabon, où 47% des jeunes rêvent de devenir entrepreneurs.

Les principaux obstacles à l’entrepreneuriat cités sont l’accès au capital (61%), la corruption (29%), les incertitudes liées à l’environnement économique (24%) et la réglementation très rigoureuse (23%).

« Sur 78% de jeunes qui rêvent de lancer leur propre entreprise, 43% disent qu’ils s’appuieront sur la technologie pour créer, promouvoir et gérer leur entreprise contre 35 % qui entendent le faire partiellement », précise la source.

Le sondage intitulé « African Youth Survey » montre d’autre part, que les jeunes africains sont plutôt satisfaits de l’environnement entrepreneurial dans leur pays. 66% des jeunes sondés estiment que leur pays crée une culture de l’innovation, développe l’esprit d’entreprise et facilite le développement de l’économie numérique (67 %). Cet optimisme est particulièrement palpable au Rwanda, au Ghana et au Kenya, des pays considérés comme étant à l’avant-garde de la transformation numérique.

Mieux selon l’étude 30% des jeunes africains décrivent leur niveau de vie comme bon, 45 % le décrivent comme moyen et 25% le qualifient de médiocre.

JEAN PIERRE MALOU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page