SOCIETE / FAITS DIVERS

Affaire Sweet Beauty, Adji Sarr : «l’État Chercherait à Négocier Avec Sonko Pour Mettre De Côté Notre Dossier»

L’accusatrice de l’opposant Ousmane Sonko est sortie de son silence. Dans une interview accordée au journal L’Observateur, Adji Sarr a évoqué son état psychologique et son souhait de voir l’Etat prendre ses responsabilités pour la tenue de son procès.

L’ex-masseuse, qui accuse Ousmane Sonko de viol et menaces de mort est encore sortie de silence. Dans une interview qu’elle a accordée à ‘’L’Observateur’’ dans sa parution de ce jeudi, elle déclare craindre que son dossier soit mis sous le tapis. «Si l’État n’est pas capable de gérer un dossier de diffamation dans lequel un ministre de la République est impliqué, ce n’est pas mon dossier qui a causé quatorze morts qui sera alors jugé», a-t-elle dit dans les colonnes du journal.

«Je ne vais pas accepter d’être sacrifiée. Je ne suis plus sûre de rien. Franchement, j’ai peur que l’État négocie avec Sonko pour mettre de côté notre dossier. Si le dossier en diffamation n’est pas jugé, je prendrai une décision. Je suis fatiguée. Je suis jeune, j’ai besoin de vivre comme tous les jeunes de mon âge. Je ne peux pas m’enfermer tout le temps entre quatre murs, comme une prisonnière», ajoute-t-elle.

Celle qui accuse de « viol et de menaces de mort » le principal opposant à Macky Sall dit ne bénéficier d’aucune prise en charge médicale. Son souhait, dit-elle, c’est de voir l’affaire être jugée une bonne fois. « Si la justice a décidé de classer l’affaire sans suite, qu’on me le dise. Parce que ces gens qui refusent de prendre leur responsabilités ont tout simplement peur de Sonko ». Par ailleurs, elle a rassuré qu’elle n’a aucun problème de santé mentale.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page