INTERNATIONAL

ALASSANE OUATTARA CANDIDAT À L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE ? | | Coups Francs

CF

ous les observateurs savaient qu’Amadou Gon Coulibaly était un grand corps malade. Mais, Alassane Ouattara avait tout misé sur lui pour la course à la présidentielle, alors même que son coeur ne tenait que sur un fil. Et finalement, le Premier ministre est tombé avant la bataille.

Très vite, le secrétaire général de la présidence, Patrick Achi, a annoncé la nouvelle. Le président Alassane Ouattara  a rendu hommage à son «plus proche collaborateur» depuis trente ans, son «jeune frère, son… “fils”». À Abidjan, l’effet de sidération semblait total, tant cette disparition crée un vide immense. Amadou Gon Coulibaly, le plus souvent simplement nommé «Gon», était non seulement le chef du gouvernement et le bras droit du président, mais il était aussi le candidat désigné du parti au pouvoir pour la présidentielle d’octobre prochain. Et Alassane Ouattara n’avait même pas envisagé un plan B. La seule option sûre, c’est lui-même.

“Toutes les options sont sur la table, y compris une nouvelle candidature du président Ouattara “. Avec cette déclaration, le directeur exécutif du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) Adama Bictogo a ouvert la porte ce jeudi à une nouvelle candidature du chef de l’Etat Ivoirien Alassane Ouattara.

“Le président se doit d’écouter la base. La dernière décision lui reviendra “, a poursuivi le directeur du parti, précisant que ” le choix (du candidat) sera un choix de rassemblement “. ” Une candidature, ça se prépare “, mais « nous sommes prêts, le parti est organisé sur le terrain, le maillage est établi “. Il précise que l’heure était aux obsèques du Premier ministre, qui devraient avoir lieu la semaine prochaine et durer plusieurs jours.

Cette sortie intervient alors que le Premier ministre investi Amadou Gon Coulibaly, décédé mercredi à 61 ans, des suites de problèmes cardiaques, plonge le parti présidentiel dans une grave  crise  à trois mois et demi de la présidentielle.

Une aubaine pour les partisans du président Ouattara  qui pressaient le président de briguer un troisième mandat vont relancer leur demande. Si tel est le cas, “l’opposition ferait tout son possible pour l’en empêcher en faisant des recours devant la Cour constitutionnelle”, juge Thaïs Brouck.

La Constitution permettrait-elle à Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat ? Voilà où la guerre risque d’éclater. “Cette question a beaucoup alimenté les discussions des constitutionnalistes en Côte d’Ivoire, répond Sylvain N’Guessan. Certains estiment que, dans la mesure où la nouvelle Constitution de décembre 2016 n’a pas remis en cause son élection d’octobre 2015, ces mandats ont déjà été pris en compte. Alassane Ouattara n’aurait dans ce cas plus le droit de se représenter.

D’autres pensent au contraire, qu’avec une nouvelle Constitution, les compteurs sont remis à zéro et qu’Alassane Ouattara peut briguer un nouveau mandat. Le contexte est assez complexe. Il faut laisser les institutions en charge de la Constitution se prononcer.”

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page