A LA UNEACTUALITÉS

Bassirou Diarra, en charge du plaidoyer des océans EJF : « Le Sénégal est en dessous de la moyenne des principes de transparence de EJF »

Se prononçant sur la situation du Sénégal par rapport aux 10 principes de transparence de la Fondation pour la justice environnementale, littéralement Environnemental Justice Foundation, le chargé de plaidoyer des océans Abdoulaye Diarra fait savoir que le Sénégal est en dessous de la moyenne. « Le Sénégal n’a pas encore la moyenne. Il est à 3/10 pour les principes de transparence de Ejf ». Certes, des efforts remarquables sont à noter comme le transbordement consistant à faire transiter une marchandise du quai de réception vers le quai d’expédition, sans passer par un lieu de stockage. Sur ce principe, le Sénégal l’a interdit. Ce qui est un bon niveau pour la pêche Sénégalaise. En revanche, il traine des casseroles relativement à la publication de la liste des navires autorisés à pêcher en eaux Sénégalaises. Sur ce volet, il pense que le Sénégal doit faire plus d’efforts en termes d’inclusion des acteurs à la base, la publication de la liste des navires détenteurs de permis de pêche, les types de bateaux, leurs capacités de tonnage, les stocks ciblés entre autres. Et si ce sont des stocks, que l’Etat puisse dire stop. Donc, la transparence permet d’éclaircir tout ça.

Au chapitre des recommandations, le chargé de plaidoyer des océans à Ejf estime qu’il faut renforcer les capacités des journalistes pour leur permettre d’éclairer la lanterne des concitoyens en éveillant les consciences.  Et c’est tout le sens de l’atelier de renforcement des capacités des journalistes et communicants en appui au plaidoyer sur la pêche INN et la transparence dans le secteur de la pêche, tenu les 16 et 17 décembre 2023 à Saly (Mbour).

LES 10 PRINCIPES DE LA CHARTE POUR LATRANSPARENCE D’EJF

1-Attribuer à chaque navire un numéro

2-Rendre publique les données de localisation des navires

3-Publier les listes des licences de pêche et d’autorisation

4- Publier les sanctions imposées dans les affaires pêche illicite, non déclarées et non réglementée et de criminalité liée à la pêche.

5-Interdire les transbordements de capture en mer sauf sous étroite surveillance

6-Mettre en place une base de données numérique d’informations sur les navires

7-Mettre fin à l’utilisation des pavillons de complaisance par les navires de pêche

8-Rendre publiques les informations sur les véritables propriétaires de chaque navires- à qui reviennent les profits ?

9-Sanctionner toute personne impliquée dans les activités de pêche illicite non déclarée et non réglementée

10-Adopter des mesures internationales qui fixent les standards clairs pour les navires de pêche et le commerce des produits de la pêche.

 

Réalisé par JEAN PIERRE MALOU

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page