A LA UNEACTUALITÉS

Casamance – accords de dépôt des armes et cérémonie d’incinération des armes déposés : l’espoir grandissant d’une paix définitive, après Cabrousse 1 et 2

La rétrospective des faits de société saillants de l’année qui s’achève montre que 2023 n’aura pas été que «macabre». Elle a connu une lueur d’espoir venue de la région méridionale (Sud), en proie à quatre décennies conflit armé (déclenché en 1982), avec le  projet de dépôt des armes par les combattants du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) dont l’acte 1 a été signé à Cabrousse, le 23 juin 2022. Les acteurs impliqués dans le processus de paix donneront forme à cette volonté à travers des décisions majeures prises le vendredi 10 mars 2023. Ainsi, un site a été retenu pour le dépôt des armes, une ONG désignée pour la conduite des opérations, un délai fixé ; ce qui a permis aux acteurs d’accélérer la cadence à travers Cabrousse 2, localité située dans le département de Bignona au cœur de la cité touristique du Cap Skirring, où les actes 1 et 2 des accords de dépôt ont été signés. Une délégation de l’Etat du Sénégal représentée par le Comité ad hoc sur la paix en Casamance dirigée par l’Amiral Pape Farba Sarr et une délégation de Diakaye, avec la facilitation du centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire (HD)  et la COSCPACet celle de Diakaye se sont rencontrées pendant deux jours à Cabrousse, sous la facilitation de la société civile avec le COSCPAC et du Centre Henry Dunant pour le Dialogue humanitaire.

La main tendue du chef de l’Etat Macky Sall au MFDC auparavant a accéléré la convergence de vue des acteurs impliqués dans le processus de paix. Et c’est le Mouvement contre les armes légères en Afrique de l’ouest (MALAO), une ONG africaine indépendante qui a été désignée pour la conduite des opérations de dépôt des armes. Un site a été également retenu pour le dépôt des armes et l’initiative a été laissé au MALAO d’examiner tous les aspects techniques de l’opération de dépôt des armes afin que celle-ci se termine dans un délai ne dépassant pas trois mois, à compter de la date de signature de ces accords paraphés en mars dernier à Kabrousse. Seulement, ces nouvelles décisions sur le projet de dépôt des armes ont été prises en l’absence d’autres factions du MFDC contrôlées par des chefs rebelles comme Salif Sadio et ceux du Sud toujours «réfractaires» et qui brillent encore et toujours par leurs positions radicales.

N’empêche, par la suite, une autre jalon important vers la paix a été posé, le samedi 23 décembre 2023, avec la cérémonie de destruction d’un premier lot d’armes saisies dans le cadre du processus de dépôt des armes à Mama Toro, en présence des représentants de l’ONG MALAO, des organisations de la société civile et des autorités administratives. Une occasion pour le gouverneur de Ziguinchor, Mor Talla Tine, de réitérer l’appel constant de l’État au dialogue, au dépôt des armes et à la paix définitive en direction des autres factions pour le rayonnement économique et social de la Casamance. Au moins 250 combattants du MFDC avaient déposé les armes lors d’une cérémonie organisée à Mongone, une localité du département de Bignona, qui abritait par le passé une importante base du mouvement irrédentiste.

Fatou NDIAYE & I.DIALLO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page