A LA UNEACTUALITÉS

Coopération : vers un renforcement de l’axe Dakar/Prague

La coopération bilatérale sénégalo-tchèque se consolide à travers cinq (5) nouveaux axes à savoir les infrastructures, la santé, le tourisme, la défense et la sécurité et enfin l’énergie et les matières premières. Les deux pays s’engagent à renforcer le niveau de coopération à travers un cadre légal.

Présent à Dakar dans le cadre de l’inauguration de l’aéroport de Saint-Louis, réalisé par l’entreprise Tchèque TRANSCOM, ce jeudi 14 juillet, par le Chef de l’Etat, Macky Sall, le vice-ministre Tchèque des affaires étrangères, Martin Tlapa, par ailleurs représentant de son président Miloš Zeman a souhaité voir l’axe Dakar-Prague se renforcer dans des secteurs comme les infrastructures ; la santé ; le tourisme ; la défense et la sécurité ; et enfin celui de l’énergie et des matières premières. Il l’a fait savoir hier, mercredi 13 juillet, lors d’une rencontre d’échanges entre la délégation Tchèque conduite par le président de la Chambre de commerce Tchèque Vladimír Dlouhý et son homologue de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar, Abdoulaye Sow. Heureux pour son pays d’avoir gagné le marché de la réhabilitation de 5 aéroports régionaux du Sénégal dont celui de Saint-Louis que le président de la République Macky Sall, inaugure ce jour n’a pas caché son rêve de voir Dakar et Prague se consolider à travers 5 axes qu’il considère stratégiques pour les deux coopérants. « Les 5 axes précités me paraissent prioritaires. Le premier relatif à celui des infrastructures va se renforcer avec l’octroi de bus pour faciliter le transport ; le deuxième relatif à la santé est à renforcer. Car, nous l’avons tous compris avec la pandémie de la covid-19. C’est dire que nous devons construire des systèmes de santé performants et résilients ; le troisième axe lié au tourisme va mettre l’accent sur la rénovation et la promotion des parcs nationaux, le quatrième axe relatif à la défense et la sécurité et enfin celui corrélatif à l’énergie et à l’exploitation des matières premières. A ce niveau, je précise que si les ressources sont bien exploitées, le Sénégal devrait pouvoir tirer meilleur profit de l’exploitation de ses ressources».

Concrètement, « nous entendons signer un protocole d’accord entre les deux chambres en vue créer un cadre légal de coopération entre les deux entités. Ensuite, planifier l’organisation des visites entre les hommes d’affaires respectifs des deux parties pour voir ensemble les niches d’opportunité d’affaires. Et enfin bâtir une collaboration franche au niveau institutionnel du point de vue bilatéral et multilatéral», a-t-il explicité.

«Lors de mon audience avec son excellence Monsieur l’Ambassadeur tchèque le 17 Mars dernier, beaucoup de points ont été évoqués et parmi ceux-ci la possibilité de recevoir une délégation d’hommes d’affaires tchèques à Dakar en marge de cette inauguration. Cependant, je vous réaffirme cette invitation car les potentialités dont regorgent votre pays, autant dans les domaines agricoles que des services intéressent hautement nos chefs d’entreprise et, je demeure convaincu que l’augmentation de nos volumes d’échanges passera forcément par ces échanges d’informations et de délégations économiques et commerciales», a-t-il soutenu.

Le président Sow de la Cciad de rappeler pour saluer l’audience accordée à l’ambassadeur Tchèque le 17 mars dernier lors de laquelle ils ont ensemble évoqué la possibilité de recevoir une délégation d’hommes d’affaires tchèques à Dakar en marge de cette inauguration. Dans son mot, il a relevé la faiblesse du niveau d’échanges entre son pays et la République Tchèque dont les importations sont estimées en 2019 à 2 254 811 858 FCFA pour un poids total de 2 997 660 kg composées essentiellement de papiers à cigarettes en rouleaux de largeur, tissus, bijouterie, autres ouvrages en fer ou en acier, lait et crème de lait non concentré, véhicules tourisme, etc.

En 2020, «nous observons une augmentation de 15,85% sur la valeur des importations», relève le président Sow non sans faire remarquer que les exportations du Sénégal vers Prague sont malheureusement «très faibles». Elles sont composées d’instruments de musique, autres catalyseurs supports, autres fruits à coques, frais ou secs même décortiqués, etc.

JEAN PIERRE MALOU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page