ACTUALITÉSJUSTICE - TRIBUNAUX - POLICESANTE

DÉCÈS D’ASTOU SOKHNA A LOUGA : SIX AGENTS DE SANTÉ MIS EN CAUSE DÉFÉRÉS AU PARQUET

La police judiciaire a déféré six agents de l’hôpital Amadou-Sakhir-Mbaye devant le parquet du tribunal de grande instance de Louga (nord), pour leur responsabilité présumée dans le décès en couches d’Astou Sokhna survenu le 1er avril à la maternité dudit établissement de santé, a constaté l’APS.

Cette décision du commissariat central de police de Louga découle de l’enquête ouverte après le décès de cette femme enceinte, à la suite d’une plainte de son mari.

Ce dernier accuse des agents de santé de l’hôpital Amadou-Sakhir-Mbaye de négligence et de non-assistance à son épouse.

Astou Sokhna, admise à la maternité de cet hôpital public, le 31 mars, après neuf mois de grossesse, y est décédée en couches, plusieurs heures après son arrivée.

Mercredi, le directeur de l’hôpital Amadou-Sakhir-Mbaye, Amadou Guèye Diouf, a été limogé et remplacé par Abdallah Guèye, un administrateur hospitalier.

La mort de la femme enceinte a choqué de nombreux Sénégalais.

Une marche de protestation s’est déroulée vendredi à Louga, une manifestation au cours de laquelle les participants ont exigé que les personnes mises en cause dans sa mort soient traduites en justice.

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a déclaré, jeudi, à Dakar, que son décès pouvait être évité.

« Sur la base des éléments du dossier, le décès de madame Astou Sokhna est considéré comme un décès maternel qui était évitable à travers une bonne évaluation du risque et une surveillance optimale durant son séjour à la maternité » de l’hôpital, a dit M. Sarr lors d’une conférence de presse.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page