A LA UNEACTUALITÉS

Diplôme en spécialisation « métabolisme et nutrition » de l’Ucad : 24 médecins obtiennent leur parchemin

Le Sénégal se renforce de spécialistes dans la prise en charge des pathologies du métabolisme dont le diabète. Pour cette présente année, 24 médecins ont reçu leur parchemin au terme de deux ans de formation.  Une situation qui va impacter positivement la prise en charge de ces pathologies qui prennent des proportions inquiétantes au Sénégal.   

L’université Cheikh Anta Diop de Dakar a initié depuis quelques années le diplôme en spécialisation (DES) « métabolisme nutrition ». Une filière en médecine qui est très prisée par les médecins sénégalais et étrangers. Selon le professeur Abdoulaye Lèye, responsable des enseignements de ce DES «métabolisme nutrition » à l’Ucad, ledit diplôme est unique pour tout le pays et chaque région est un site de stage. « C’est le seul diplôme qui existe dans les universités du pays et c’est celle de Dakar qui l’édite. Mais, c’est aussi l’un des trois diplômes subsahariens » a-t-il renseigné. Pour une première, trois promotions se sont succédé pour recevoir leur diplôme aux termes de deux années de formation. Ils étaient au nombre de 24 bénéficiaires don ceux des autres pays de l’Afrique. Pour le professeur Lèye : « ces diplômes sont les premiers édités à l’Ucad depuis le nouveau système d’évaluation et de gouvernance pédagogique dans le cadre de la formation doctorante pour évaluer l’enseignement-apprentissage.  C’est aussi le premier diplôme qui est passé entre ses filtres d’exigence qui garantissent la qualité et la rigueur des enseignements ».  Et de renseigner : «le dispositif de formation est là avec une  demande forte au niveau de 16 pays.  Ce système nous permet d’être à l’aise dans l’enseignement par rapport à la collecte des données »    Le professeur Lèye a aussi renseigné que les Sénégalais bénéficiaires de cette formation sont tous prêts à rejoindre les régions.  Toutefois, il se projette à démocratiser plus cette formation en faisant de sorte que les bourses puissent permettre aux médecins de s’inscrire dans tous les DES.

Denise ZAROUR MEDANG 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page