ACTUALITÉSINTERNATIONAL

Enquête sur l’élection américaine de 2020: un témoin aurait menti aux autorités

« Au moins un des témoins » entendus dans le cadre de l’enquête sur les pressions exercées par Donald Trump et ses partisans dans l’Etat américain de Géorgie après l’élection présidentielle de 2020, est soupçonné d’avoir menti, selon un document judiciaire publié jeudi.

La justice de cet Etat du Sud a publié de courts extraits du rapport rédigé par un « grand jury spécial », un panel de citoyens doté de larges pouvoirs d’enquête, après sept mois d’investigations.

Le document, très attendu, a toutefois été expurgé de toutes les informations sensibles ou nominatives, et notamment des recommandations d’inculpations formulées par ce panel. « Une majorité du grand jury spécial pense qu’au moins un des témoins entendus pourrait avoir commis un parjure lors de son audition » et recommande des poursuites, peut-on y lire sans aucun détail.

Donald Trump, 76 ans, devrait comparaître le 10 avril 2023 devant un tribunal de New York dans un procès en diffamation.

 

Accusé de viol, Trump confond sur une photo sa victime présumée avec son ex-épouse

Selon les médias américains, plus de 70 personnes ont été auditionnées par le grand jury spécial, dont l’ancien avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani, mais pas l’ex-président.

Fani Willis, la procureure du comté de Fulton qui englobe la grande ville d’Atlanta, dispose depuis décembre de la version intégrale de ce rapport. Elle s’appuiera sur ses conclusions pour décider s’il faut inculper ou non le milliardaire républicain ou certains de ses proches.

La procureure avait ouvert une enquête après un appel téléphonique du 2 janvier 2021, dans lequel Donald Trump demandait à un responsable local de « trouver » des bulletins de vote en son nom. « Il n’y a pas de mal à dire que vous avez recalculé », avait-il dit selon un enregistrement de la discussion réalisé à son insu et diffusé par plusieurs médias.

« Tout ce que je veux, c’est trouver 11.780 bulletins », avait ajouté le républicain. Ce chiffre correspondait à peu près à l’avance dont disposait son rival démocrate Joe Biden dans l’Etat de Géorgie, confirmée par un recomptage et des audits.

Fani Willis avait ensuite élargi le cadre de ses investigations pour inclure toute une série de pressions exercées par les alliés de Donald Trump dans l’Etat, dont des menaces sur un agent électoral ou encore une possible tentative d’intrusion dans des systèmes informatiques.

Donald Trump, qui persiste à se dire victime d’une « fraude électorale », a nié toute malversation. Selon lui, l’appel du 2 janvier 2021 était « parfait et tout à fait approprié ». Dans l’extrait publié jeudi, le grand jury souligne « avoir conclu à l’unanimité qu’aucune fraude massive n’a eu lieu lors de la présidentielle de 2020 en Géorgie ».

Donald Trump est par ailleurs visé par des enquêtes de la justice fédérale sur de possibles violations du droit électoral, sur son rôle dans l’assaut du Capitole et sur sa gestion des archives de la Maison Blanche. Il est également poursuivi par la justice new-yorkaise, mais au civil, pour les pratiques financières de la Trump Organization.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page