ECONOMIE

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES DE GESTION : Le Cesag en leader

Le Centre africain d’études supérieur en gestion a réussi à se hisser au premier rang des établissements de formation, dans les sciences de gestion. Au fil des années, ses dirigeants ont bâti et renforcé sa notoriété par la qualité de la formation. L’offre s’est également diversifiée pour embrasser de nouveaux domaines dictés par les réalités du marché de l’emploi. Ce qui fait que le diplôme du Cesag est un précieux sésame ; le meilleur tremplin professionnel. Ce qui est un atout dans un contexte où le flot de diplômés est supérieur à la demande. 

Ce souci de coller aux besoins du marché du travail fait que chaque année, l’établissement essaie de s’adapter aux mutations et sollicitations du marché du travail conformément à la vision de l’établissement.

Le Cesag se veut une « école de management africaine, de référence mondiale, accessible à toutes les couches sociales, intégrée à un réseau d’institutions prestigieuses ». Pour mettre à la disposition du continent une élite professionnelle de managers, le corps professoral innove dans les programmes et à tous les niveaux. Comme en atteste le nouveau cursus de formation (DESCOGEF, DESCOGEF) qui est une des composantes d’un ensemble de dispositions communautaires visant à organiser la profession comptable et à instaurer des pratiques comptables uniformes, qui garantissent la qualité et la fiabilité des informations comptables et leur conformité aux normes internationales. Un regard sur la formation MBA donne une vue plus large de la panoplie des offres : MBA en Audit et contrôle de gestion, Administration et gestion, Gestion des ressources humaines, Ingénierie et gestion de la formation, Marketing et stratégie, Gestion des projets, Banque et finance, Economie de la santé, Développement durable, Développement durable, Entrepreneuriat agricole, Environnement et énergie, Management de la régulation et de la commande publique. La liste est loin d’être exhaustive.

Cette offre centrée sur les besoins du marché du travail et la qualité de l’enseignement font le succès de cet établissement qui est, aujourd’hui, très couru. Mais il ne suffit pas d’avoir les moyens pour pouvoir étudier au Cesag. Le recrutement obéit à une procédure. Il faut déposer un dossier qui est étudié. Après cette première sélection sur dossier, les candidats retenus doivent subir des tests à l’issue de laquelle la liste définitive est arrêtée. Pour faire face à la demande, la direction du centre a ouvert des filiales à Abidjan (Côte d’Ivoire) et Ouagadougou (Burkina Faso). Le Cesag surfe également sur les technologies de l’information et de la communication pour offrir un enseignement à distance.

La Direction de l’école a su aussi développer des partenariats féconds avec des universités et des écoles de renom. Autre atout majeur, les diplômes délivrés par le Cesag sont reconnus par le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (Cames) en plus des certifications.

Pour rappel, le Centre africain d’études supérieures en gestion a été créé dans le cadre de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Ceao) en application d’une décision prise par les Chefs d’Etat à la Conférence de Bamako, en 1978. Il a été repris le 16 novembre 1995, par la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (Bceao) pour le compte des Etats membres de l’UEMOA qui voulait préserver cet outil d’intégration sous régionale et de renforcement des capacités de gestion. En effet, le Cesag a permis de développer au sein de l’espace communautaires des formations de haut niveau adaptées au contexte africain et en alternative aux formations dispensées en Europe ou en Amérique.
Lejecos Magazine
 
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page