ACTUALITÉSSOCIETE / FAITS DIVERS

Goudiry : elle expose le sexe de son mari en France pour obtenir le divorce

Entre Halimatou Sidibé et Demba Ndiaye l’idylle a viré au bout d’un an en horreur. Après un an de mariage, ce couple formé l’année dernière à Kédougou s’est retrouvé au tribunal de Tamba pour solder une affaire de diffusion d’images intimes.

Après avoir demandé le divorce à son mari- qui refuse- Halimatou Sidibé envoie une photo de ce dernier exhibant son sexe à sa belle-sœur et à un ami de son époux du nom de Omar. Les destinataires de ces contenus vivent en France comme Demba Ndiaye.

Halimatou Sidibé ne s’en est pas limitée là. Elle a en plus partagé des vocaux où elle menace son mari de diffuser sur les réseaux sociaux sa photo compromettante. En réaction, Demba Ndiaye porte plainte contre sa femme.

La mise en cause sera arrêtée, placée en garde à vue, déférée au parquet avant d’être placée sous mandat de dépôt pour extorsion, collecte illicite et diffusion d’images à caractère pornographique et atteinte à la vie privée.

L’Observateur, qui relaie cette affaire dans son édition de ce vendredi, informe qu’à l’enquête préliminaire Halimatou Sidibé a reconnu avoir partagé la photo de son mari ainsi que ses audios menaçants avec sa belle-sœur et avec Omar. Précisant avoir agi de la sorte pour mettre la pression sur son mari dans le but d’obtenir le divorce.

L’accusée a confié qu’elle veut quitter son mariage parce que Demba Ndiaye n’a pas respecté ses engagements : il ne lui donnait pas régulièrement la dépense quotidienne, ne l’a pas amenée en France, comme promis, a refusé, comme convenu, de lui prendre un appartement à Tamba, de lui donner 200 mille francs CFA chaque mois et de lui ouvrir une boutique.

À la barre du tribunal de Tamba, Halimatou Sidibé a maintenu ses déclarations. Cependant, signale L’Observateur, elle a versé de chaudes larmes durant le procès. Elle a été condamnée à deux ans de prison dont un mois ferme et à 500 000 francs CFA d’amende. Le tribunal a réservé les intérêts de la partie civile.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page