SOCIETE / FAITS DIVERS

Grand-Yoff : Un Faux Policier Tente De Violer Une Fille 

Baye Sidy D. est accusé de tentative de viol et d’usurpation de fonction par la nommée Anne Marie D. Arrêté par les éléments du commissariat de Grand-Yoff, le faux policier a comparu devant le tribunal des flagrants délits de Dakar

Marié et père d’un enfant, Baye Sidy D. se déplace difficilement avec une béquille. Après son inculpation, il a été envoyé au pavillon spécial de l’hôpital Le Dantec. À l’origine des poursuites, une plainte de Anne Marie D au commissariat de Grand-Yoff. Âgée de 22 ans, la jeune fille a confié aux limiers que le mis en cause l’a trouvée à l’endroit elle attendait un car pour rentrer à Pikine le 10 septembre dernier.

Baye Sidy aurait dit à son interlocutrice qu’il est policier en service au commissariat de Grand-Yoff. Sur ces entrefaites il lui aurait fait croire qu’il a trouvé des cornets de chanvre indien sur les lieux. Par la suite, Baye Sidy a ordonné à Anne Marie de le suivre chez un ami sous peine de représailles.

Arrivée dans une chambre, le faux policier aurait intimé à sa victime de se déshabiller. Ce que cette dernière a accepté. Mais, Baye Sidy n’a pas eu l’occasion d’entretenir des rapports sexuels avec la fille. Quand il a senti la présence d’une personne suspecte, il lui a demandé de se rhabiller, avant de l’inviter dans une autre maison. Cette fois Baye Sidy a conduit la plaignante à la terrasse. Mais, la configuration des lieux n’a pas permis au faux flic d’assouvir sa libido sur la fille.

Finalement, le délinquant sexuel présumé a demandé à la plaignante de rentrer chez elle. Mais, cette dernière est allée à la police pour raconter sa mésaventure. Toutefois, le prévenu a rejeté les accusations à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Se disant réparateur de téléphone, Baye Sidy a indiqué que la partie civile était venue dans son atelier avec sa copine avant le magal de Touba.

C’est ainsi qu’elle lui a manifesté son désir d’acquérir un iPhone XR. « Le 10 septembre dernier, elle m’a appelé pour me dire qu’elle se trouvait chez le vendeur de beignet. Lorsque je l’ai rejointe, elle m’a fait savoir qu’elle avait faim. Je lui ai acheté un sandwich dans un fast-food, avant de se séparer d’elle », a-t-il expliqué. Dans ses réquisitions, la parquetière a informé que le prévenu était visé pour tentative de viol et usurpation de fonction. Mais, après son déferrement, le parquet a retenu l’infraction de violence et voie de fait. Étant donné que le récit de la partie civile présentait certaines incohérences.

Dans cette même perspective la représentante du Ministère public a requis la relaxe du prévenu. Rendant sa décision, le juge a suivi le parquet. Il a prononcé la relaxe du prévenu.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page