INTERNATIONAL

Italie: la droite remporte la Lombardie et le Latium malgré une forte abstention

Dans un contexte de désintérêt d’une grande partie des 13 millions d’électeurs appelés aux urnes pour l’élection des gouverneurs des régions de Rome et Milan – moins de 41% ont voté contre 70,6% en 2018 –  la droite musclée conquiert le Latium et conserve la Lombardie.

Ce premier test électoral depuis l’arrivée au pouvoir de la cheffe de Fratelli d’Italia, Giorgia Meloni, en septembre 2022, conforte l’exécutif, malgré le faible taux de participation.

Après dix ans de gouvernement régional dirigé par le centre gauche, Francesco Rocca, 57 ans, ami de longue date de Giorgia Meloni et président de la Croix-Rouge italienne de 2013 à décembre 2022, a remporté, avec un plus de 50% des voix, la région de Rome. Un succès qu’il doit au soutien de toutes les forces de droite alors que le centre gauche et le Mouvement 5 étoiles n’ont pas réussi à s’entendre sur un unique candidat, rapporte notre correspondante à Rome, Anne Le Nir.

En Lombardie, le gouverneur sortant, Attilio Fontana, 70 ans, membre de la Ligue, a largement battu ses adversaires. Il a recueilli plus de 56% des voix, là encore grâce à l’appui de toute la droite. Mais dans cette région du Nord où le parti de Matteo Salvini est profondément enraciné, Fratelli d’Italia a obtenu 25,6 % des voix contre 16% pour la Ligue. Salvini s’est cependant dit très satisfait.

Quant à Giorgia Meloni, elle a déclaré que les résultats dans le Latium et en Lombardie « consolident l’unité de la droite et renforcent l’action du gouvernement ».

La Ligue et Forza Italia en perte de vitesse

La Ligue et Forza Italia de Silvio Berlusconi sont en perte de vitesse alors que FDI continue de progresser, selon un sondage publié par l’institut Youtrend le 2 février : en cas de nouvelles élections au niveau national, son score monterait à 29,4% contre 26% aux législatives de septembre. La Ligue est à 8,7% et FI à 7%, selon le même sondage.

Giorgia Meloni bénéficie en outre de l’incapacité des partis d’opposition à s’allier contre elle. Le Parti démocrate (PD, gauche), occupé à se chercher un nouveau leader, recule face à la remontée du Mouvement 5 Étoiles, tandis que le centre reste stable.

Les régions italiennes disposent d’une importante autonomie par rapport au gouvernement central dans de nombreux domaines, notamment la santé, les transports ou l’éducation.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page