A LA UNEACTUALITÉS

Jeûne du ramadan au Sénégal : quand le temps favorise les Dakarois !

Une partie des musulmans a démarré le jeun du mois de Ramadan lundi dernier, avec la Coordination des musulmans du Sénégal dont la Commission d’observation du croissant lunaire a annoncé l’apparition de la nouvelle lune dimanche soir. Toutefois, la majorité des musulmans sénégalais a démarré le Ramadan hier mardi, sur décision de la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (Conacoc). Les nombreux fidèles qui se sont  privés de manger et boire depuis l’aube, jusqu’au crépuscule, conformément aux prescriptions de ce quatrième pilier de l’Islam, disent avoir  respecté le jeun sans difficultés.

C’est parti pour 29 ou 30 jours de pénitences, d’abstinence et d’ardeur dans l’accomplissement de la prière, de partage, de solidarité etc.  Les musulmans du monde entier ont démarré le jeûne du Ramadan. Au Sénégal, on a eu droit à deux débuts pour le jeun : lundi 11 mars et mardi 12 mars. Contrairement à l’intérieur du pays où sévit la canicule, des fidèles rencontrés à Dakar déclarent avoir jeuné sans difficulté, le temps étant clément.

«Nous sommes en période de fraicheur, nous ressentons moins la fatigue, contrairement en période de canicule», a déclaré un jeune que nous avons rencontré chez le vendeur de café, lors de la rupture.  «Rompre avec les vieilles habitudes : manger à midi, se désaltérer quand on a soif. Voici autan de choses qui nous ont traversé l’esprit pendant toute la journée», a ajouté son camarade.

La plupart des personnes rencontrées ont laissé entendre qu’ils n’ont pas pris le petit déjeuner (xëdd) à l’aube. Malgré cela, ils n’ont pas ressenti la faim. Pourtant, cette Sunnah (hadith ou tradition prophétique), est recommandée à tous ceux qui doivent observer le jeun. La rupture  du jeun, en ce début du mois béni, «je l’ai faite avec un repas que les Sénégalais ont l’habitude de prendre à midi : le ceebu diën (le riz au poisson, en langue locale wolof). Les gens, même s’ils se sont préparés financièrement, beaucoup n’ont pas encore fait leurs achats», a révélé une ménagère.

Rappelons que le jeûne du mois béni de Ramadan est une pratique qui fait partie des cinq piliers de l’Islam dont aucun musulman remplissant les conditions ne peut se soustraire. Sauf dans les conditions prévues par la religion dans le Saint Coran et éclairée par les hadiths du Prophète Mahomed (Psl). Il s’agit, entre autres, de la maladie, un long voyage, les menstrues, l’allaitement (surtout d’un nouveau-né), grossesse, entre autres.

Ce mois de pénitence est l’occasion pour les fidèles musulmans d’implorer le pardon du Tout Puissant.

Le démarrage à deux vitesses du Ramadan et autres événements religieux au Sénégal, par  la communauté islamique  sénégalaise s’est invité au débat. Alors la majorité a débuté le jeun hier mardi, certains affirment que le croissant lunaire a été aperçu dans la capitale pendant plus d’une vingtaine minute (mn). Selon les témoignages que nous avons recueillis «le croissant a été aperçu à partir de 19h20mn, jusqu’à 19h47mn. Il est évident que le croissant est apparu depuis le dimanche.»

C’est pourquoi, «ceux qui ont entamé le Ramadan ce lundi ont eu raison sur nous. Pourtant, une commission a annoncé, à travers un communiqué en date du dimanche, que le croissant lunaire a été aperçu à Keur Massar», a précisé un jeune. Avant de s’interroger : «pourquoi on a institué deux commissions pour scruter le croissant lunaire, alors que nous sommes tous au Sénégal. En plus, on se dit tous des musulmans, mais chaque année, les gens n’ont jamais entamé le Ramadan à une même date.» Idem pour célébrer les deux fêtes religieuses, l’Aïd el-Fitr et l’Aïd el-Kébir, le 1er  correspond à la fête de la Korité et le 2nd la Tabaski.

Lamine DIEDHIOU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page