A LA UNEACTUALITÉS

Kaolack – journée de consultations publiques sur le foncier : l’accès élargi des populations à la terre réclamé

Le Cadre de réflexion et d’actions sur le foncier au Sénégal (CRAFS), en collaboration avec ses partenaires nationaux et internationaux a poursuivi hier, à la Chambre de commerce d’industrie et d’agriculture de Kaolack, une journée de consultations publiques avec les populations, les producteurs en particulier, sur la gouvernance du foncier au Sénégal. Plusieurs centaines de personnes ont participé à cette rencontre qui avait pour objectif de recueillir et capitaliser toutes les informations liées à la gestion du foncier dans les régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick et Diourbel.

Face à la rareté des surfaces cultivables souvent liée à la pression démographique, l’étouffement des grandes villes sur les communes qui les ceinturent, l’avancée rythmique de la langue salée sur les terres arables, les disputes fréquentes de terre entre agriculteurs et pasteurs, ces personnes, majoritairement dépendant de la terre, s’acheminent vers la confection d’un nouveau Rapport de plaidoyer qui sera soumis prochainement aux décideurs, notamment au futur président de la République, en vue d’une nouvelle réforme foncière inclusive, à partir de laquelle les producteurs seront mieux privilégiés que d’habitude.

Très remontés contre les décisions prises au niveau des Collectivités territoriales, des mesures qui affectent souvent de grandes surfaces de terres à des entreprises étrangères, sous prétexte qu’elles sont des investisseurs, ces acteurs ont aussi saisi l’opportunité pour inviter l’Etat à faire preuve de vigilance et surtout prêter une attention particulière aux nombreux jeunes et femmes qui n’ont que la terre pour vivre. Au-delà de ces demandes spécifiques, la volonté de créer une forte mobilisation autour du CRAFS, la rencontre qui les regroupait hier à Kaolack a permis à chaque représentant de région d’exposer les spécificités de sa localité, en termes de gouvernance foncière, afin de permettre au CRAFS de tout capitaliser et choisir les solutions idoines. Comme les stratégies à adopter pour combattre le phénomène de la salinisation, les conflits répétés entre agriculteurs et pasteurs, l’harmonisation du principe de l’intercommunalité entre les communes, entre autres sujets.

Abdoulaye FALL 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page