AFRIQUE

“La BBC confirme le pillage de la forêt de Casamance…”

La BBC, encore elle, vient de mettre à notre disposition un reportage sur le pillage de nos ressources naturelles. Après le gaz de Saint Louis impliquant Franck Timis, Aliou Sall et la famille FayeSall, ce nouveau reportage traite de la prédation du bois de venne en Casamance via la Gambie du Président Barro, ceci après moult alertes de Aly Haiddar et du courageux journaliste de Sédhiou Moussa Dramé.

Voilà ce que j’écrivais dans ma questekki 77 du mardi 16 janvier 2018 :

“S’agissant du trafic de bois de venne des forêts du Nord de la Casamance difficile à évaluer par nature, nos recoupements nous font dire qu’il apporte près de 30 milliards par an que se partagent les acteurs en Gambie et au Sénégal. Il a fallu la pression des environnementalistes pour que les pays occidentaux qui avaient installé Yaya Jammeh à la tête de la Gambie acceptent qu’il parte en 2017. Ce dernier avait prétendu interdire les exportations à partir de la Gambie en 2016. Ce pillage de la forêt de Casamance est la vraie question politique. Le ministre Haidar a été chassé du gouvernement de Macky Sall à cause de cela”.

La BBC estime à 330 mille tonnes le trafic de bois de venne de 2017 à 2020, soit près de 82 mille tonnes par an, soit près de 35 milliards par an pour l’industrie du meuble en Chine, et donc cinq milliards pour les autres d’ailleurs. BBC confirme Tekki.

Installé au pouvoir par l’armée du Sénégal avec le feu vert de la CEDEAO, le Président Barro a repris le trafic. Au bénéfice de qui ? Cette affaire est sérieuse et conditionne l’avenir économique de la Casamance. Manifestement, sa résolution n’intéresse pas Macky Sall.

C’est nous qui devons résoudre ce problème, notamment les Chefs religieux et traditionnels qui ont leurs entrées en Gambie. En attendant, je vais écrire à l’ambassadeur de Chine au Sénégal pour demander que son pays, la Chine, interdise les importations illégales de bois de venne.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page