A LA UNEACTUALITÉS

«La Cédéao est à la croisée des chemins», estime le président de sa Commission en pleine crise régionale

La session extraordinaire du Conseil de médiation et de sécurité de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) s’est ouverte ce 8 février 2024 à Abuja. À l’ordre du jour, le retrait de la Cédéao formulé par le Burkina, le Mali et le Niger, trois pays qui ne sont pas représentés durant cette réunion. Les autres États membres discutent toutefois des conséquences de ce retrait de l’organisation sous-régionale, ainsi que de la situation politique en cours au Sénégal depuis le report de la présidentielle. Détails.

« La Cédéao est à la croisée des chemins. » Ce sont les mots choisis par le président de la Commission, Omar Alieu Touraydans son introduction pour ouvrir cette session extraordinaire, ce 8 février 2024 au Nigeria. Et, selon lui, l’unité de l’organisation ouest-africaine se joue actuellement et en creux, peut-être, sa survie.

Omar Alieu Touray a confirmé la réception par la Commission de la Cédéao des notifications officielles de retraits immédiats envoyées par le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Mais il a surtout estimé que les griefs et les reproches formulés dans ces notifications par ces trois États étaient injustes, « voire infondés sur certains points ».

Trois mémorandums vont être présentés durant cette session extraordinaire : deux sur les conséquences des retraits des trois pays sahéliens (un sur l’impact dans ces trois pays et l’autre sur l’impact pour les autres pays de la communauté) et le troisième et dernier mémorandum abordera la crise politique et institutionnelle en cours au Sénégal.

Un chef de la diplomatie sénégalaise stoïque

Cette session extraordinaire se déroule sans la présence du Burkina, du Mali et du Niger. En revanche, le ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Ismaïla Madior Fall, est bien présent, comme la majorité de ses pairs des autres pays membres.

Le chef de la diplomatie sénégalaise est d’ailleurs resté stoïque en écoutant les vives inquiétudes formulées par le président de la Commission de la Cédéao, mais aussi par le représentant de la Commission de l’Union africaine et aussi par celui des Nations unies. Ismaïla Madior Fall qui aura certainement à Abuja l’occasion de justifier et d’expliquer de vive voix le report des élections sénégalaises et le vote par l’Assemblée nationale du Sénégal prolongeant le mandat du président Macky Sall.

RFI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page