A LA UNEPOLITIQUE

Législatives : après avoir souligné des manquements, la jeunesse du PDS appelle Macky à ouvrir des pourparlers

Après avoir souligné des manquements dans l’organisation des élections législatives de juillet 2022,  la jeunesse du Parti démocratique sénégalais (PDS) a appelé le président Macky Sall, à ouvrir des pourparlers avec l’ensemble de l’opposition pour « arriver à des décisions consensuelles ».

Dans un communiqué signé de son secrétaire général national, Franck Daddy Diatta, l’Union des jeunesses travaillistes libérales (UJTL), accuse le président Macky Sall et son camp de dérouler leur « agenda indigne » qui consiste à ravitailler à leur guise les droits des sénégalais obtenus de hautes luttes pour simplement atteindre des objectifs bassement politiciens.

Franck Daddy Diatta rappelle qu’ « au regard des dispositions du code électoral, l’article 27 stipule que : «Nul ne peut refuser l’inscription sur les listes électorales : à un citoyen jouissant de ses droits civils et politiques et remplissant les conditions fixées par les articles L. 34 à L. 36», aucun sénégalais ne devait être confronté à des problèmes pour s’inscrire.

Cependant, poursuit-il, depuis le démarrage des inscriptions sur les listes électorales, certains sénégalais rencontrent de « réelles difficultés » pour s’inscrire, particulièrement les jeunes primo-inscrits.

« Le filtre de la carte nationale d’identité (CNI) institué à dessein contre les jeunes empêche d’avoir un rush devant les commissions de révision exceptionnelle des listes électorales et ôte à ces derniers le droit fondamental de voter », souligne M. Diatta.

Toujours dans les « subterfuges diaboliques » du régime, les lenteurs administratives injustifiées pour le dépôt et l’obtention de la CNI ainsi que les lourdes contraintes associées à la délivrance du certificat de résidence. L’UJTL dénonce cette méthode « savamment organisée pour écarter systématiquement des centaines de milliers de jeunes des listes électorales ».

A cela, indique la jeunesse du PDS, s’ajoute le délai particulièrement « court » de la période de révision exceptionnelle des listes électorales, comme ce fut aussi le cas l’année dernière. Selon eux, il est donc « impératif » de prolonger la durée de ces inscriptions afin de permettre aux citoyens sénégalais concernés de se faire inscrire sans contrainte.

Par conséquent, l’UJTL exige du Président Macky Sall, la prorogation de la période de révision exceptionnelle des listes électorales, ajoutant que « notre pays dispose actuellement d’un fichier électoral frauduleux qui n’est pas fiable et qui doit impérativement être audité ».

L’UJTL exige donc un « audit correct et crédible » par les partis politiques à la suite de la mission de 2021 appelée audit du fichier électoral qui n’était en réalité qu’une simple revue sommaire.  Elle exprime également son soutien à toutes les forces vives qui combattent le parrainage déjà récusé par toute l’opposition, appelant le régime de Macky Sall à « ne pas s’inscrire dans un bras de fer inutile » à propos du système de parrainage en « violation de la décision de la Cour de justice de la CEDEAO ».

Pour arriver à des décisions consensuelles autour de toutes ces questions, l’UJTL appelle le Président Macky Sall à « ouvrir personnellement des pourparlers sincères avec l’ensemble des coalitions qui ont participé aux dernières élections locales, sans exclusive ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page