AFRIQUEINTERNATIONAL

Mali: Flou total sur le sort du Président et du Premier ministre de la transition aux arrêts à la garnison de Kati

Le Président Bah NDAO essouflé, le Premier ministre Moctar OUANE isolé et coupé du monde, le général sécurocrate Moussa Diawara en interrogatoire à la garnison de Kati, la junte malienne a engagé des négociations avec l’opposant pro-russe, Choguel MAÏGA pour lui confier les manettes de la Primature.

Comme l’avait annoncé hier lundi dans l’après midi Confidentiel Afrique, la nuit a été laborieuse et longue pour le tandem BAH NDAO Président de la transition et Moctar OUANE, Premier ministre, mis aux arrêts par des officiers de la junte militaire, aussitôt après la publication de la nouvelle liste gouvernementale.

Aux dernières nouvelles, alors que la nuit s’étirait et que les Maliens retenaient leur souffle, en vue de connaître le sort réservé au Président de la transition et à son Premier ministre, le nom du remplaçant de MOCTAR Ouane avait fuité. Il s’agissait de Mohamed Ben Niagandou. Soudain, coup de théâtre ! Les militaires revoient leur copie et brûlent la carte Niagandou. Que s’est -il passé ?

Selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, le général Moussa Diawara, l’éminence sécurocrate de l’ancien régime d’Ibrahim Boubacar KEÏTA est en interrogatoire depuis ce matin dans les mains de Assimi GOITA, le vice Président de la transition, Bah NDAO le Président essouflé et fatigué depuis hier à la garnison de Kati, le premier ministre MOCTAR Ouane lui isolé et coupé du monde. Selon nos informations, des négociations sont engagées depuis hier tard nuit avec l’opposant malien dur et pro-russe Choguel MAÏGA ancien ministre de ATT.

Des sources autorisées parvenues à Confidentiel Afrique renseignent que le logo du site officiel de la MINUSMA est piraté par des gens malintentionnées qui y postent des communiqués fallacieux. Selon nos informations, il y’a eu un cafouillage de dernière minute. Vers minuit, des pick-up avaient quitté la garnison de Kati pour monter sur la capitale, plus précisément à la Radio et Télévision Nationale du Mali, surnommée Bozola. Et puis, silence radio. Des sources sécuritaires et diplomatiques en possession de Confidentiel Afrique rassurent que des pourparlers inclusifs seraient ouverts tard hier dans la nuit entre des plénipotentiaires politiques, diplomatiques et militaires pour sauver ce qui reste encore de ce gouvernement de transition.

Confidentiel Afrique

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page