INTERNATIONAL

MALI – Macron brandit des sanctions ciblées sur les putschistes

Emmanuel Macron, qui s’est exprimé pour la première fois sur la situation qui prévaut actuellement au Mali, a menacé de sanctions les militaires impliqués dans l’arrestation de Bah Ndaw et son premier ministre.

C’est la première réaction du président français sur la situation au Mali. Pour Emmanuel Macron, ce qui s’est produit à Bamako, dimanche dernier, c’est tout simplement un putsch. « Au Mali, ce qui a été conduit par les militaires putschistes est un coup d’État. C’est inacceptable. Nous sommes prêts à prendre des sanctions ciblées sur les protagonistes », menace le président français.

Plus tôt dans la journée, le Colonel Assimi Goita, s’expliquant sur l’arrestation, du président de la Transition et son premier ministre, a indiqué que dans les démarches de constitution d’un nouveau gouvernement, le chef du gouvernement a établi une liste de gouvernement en accord avec le président de la Transition sans concertation avec le vice-président.

« Une telle démarche témoigne d’une volonté manifeste du président de la transition et du premier ministre d’aller vers une violation de la charte de transition », indique-t-il.

Et c’est pourquoi, dit-il, il s’est vu, « dans l’obligation d’agir pour préserver la charte de transition et défendre la République en vue de placer hors de leurs prérogatives le Président et son premier ministre ainsi que toutes les personnes impliquées dans la situation. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page