A LA UNESOCIETE / FAITS DIVERS

Non-versement de leurs indemnités : Les Jambaars du Golfe crashent leurs vérités

Mame Matar Guèye, le coordonnateur de l’Ong Jamra, informe qu’une solution a été trouvée pour payer les indemnités de guerre aux Jambaars qui ont participé à la libération du Koweït occupé par Saddam Hussein pendant plus de sept mois en 1991. Par conséquent, il demande à l’Etat de l’appliquer et refuse de refaire la même procédure avec Amadou Ba.

Mame Matar Guèye

Par Malick GAYE – Ils attendent leurs indemnisations depuis 1991. Après le crash de leur avion, le 22 mars 1991 vers la frontière Arabie Saoudite-Koweït alors qu’ils revenaient d’un petit pèlerinage à la Mecque, les familles des 93 Jambaars sénégalais tués dans cet accident et des survivants de la Guerre du Golfe attendent toujours leur argent. Las d’attendre, ils ont rompu hier le silence. Médiateur dans le dossier, Mame Matar Guèye est ferme : «Nous n’allons pas accepter de négocier avec le nouveau Premier ministre pour les indemnités de guerre des Jambaars du Golfe.»

Mame Matar Guèye : «Nous n’allons pas accepter de négocier avec le nouveau Premier ministre»
Mame Matar Guèye de l’Ong Jamra, mandaté par les soldats sénégalais qui ont participé à la libération du Koweit envahi par l’Irak, estime que le temps des échanges avec l’Etat du Sénégal est dépassé. «Après avoir eu 4 séances de travail avec Boun Abdallah Dione et produit toutes les preuves des versements d’argent par l’Arabie Saoudite, l’ancien Premier ministre avait proposé un préfinancement de l’Etat pour payer les indemnités de guerre aux familles des 496 soldats qui ont participé à la libération du Koweït. Macky Sall devait les recevoir pour leur annoncer la bonne nouvelle», a expliqué le coordonnateur de Jamra. Qui est revenu sur la médiation faite entre les Jambaars et l’Etat du Sénégal. D’après ses explications, 500 milliards de dollars ont été générés par la vente du pétrole irakien qui a été utilisé pour payer les dégâts engendrés par la tentative d’annexion du Koweït par l’Irak. Cette somme, selon Mame Matar Guèye, a été partagée entre les 43 pays qui ont répondu à l’appel des Saoudiens. «Le Sénégal a reçu sa part. Mais les Jambaars n’ont reçu qu’un million et poussière chacun. On a voulu leur faire comprendre que cette somme est l’indemnité de guerre. C’est faux. C’est leur prime de congé appelée Home live perdiem. Depuis leur retour, ils courent après leur indemnité de guerre», a détaillé Mame Matar Guèye. Qui ajoute qu’après avoir travaillé avec l’ancien Premier ministre sur la question, Boun Dionne avait «proposé de décaisser l’argent pour ensuite vérifier comment la somme versée par l’Arabie Saoudite a été dépensée, et par qui ?». Selon Mame Matar Guèye, c’est Macky Sall qui devait recevoir la famille des Jambaars pour leur annoncer la «bonne nouvelle. Mais le dossier a été bloqué avec la suppression du poste de Premier ministre». Fort de ce constat, le coordonnateur de Jamra estime que tout a été fait et il ne reste qu’à appliquer la décision. Par conséquent, an­nonce-t-il, «il est hors de question de reprendre toute la procédure avec le nouveau Premier ministre. Macky Sall n’a qu’à les recevoir et les payer. Je dois dire que les familles de ces Jambaars, c’est une force électorale de 10 mille électeurs».

Il faut savoir que le Sénégal avait envoyé 495 hommes pour renforcer les 33 contingents envoyés par 33 pays, afin de protéger le territoire saoudien après l’invasion du Koweït par Saddam Hussein. La mission a duré 6 mois, de septembre 1990 à mars 1991. Avec le décès de 93 militaires, il restait 402 survivants. Accompagnés des 93 veuves et de leurs orphelins, ils réclament toujours leur indemnité de guerre.

A travers cette tragédie, le monde découvrit la participation du Sénégal à la Guerre du Golfe. Il était dans la coalition des alliés, composée de grandes puissances comme les Etats-Unis, la France, l’Angleterre et beaucoup d’autres qui ont participé à cette opération de libération du Koweït, appelée Tempête du désert.

Après la capitulation de Saddam Hussein, le Conseil de sécurité de l’Onu avait mis en place la Commission d’indemnisation (Cinu). Chargée d’étudier les demandes d’indemnisation des victimes de l’invasion et de l’occupation du Koweït par l’Irak en 1990-91, la Cinu devait payer des réparations pour les dommages causés par l’invasion du Koweït par l’Irak en août 1990. La Cinu a cessé ses activités le 22 février dernier après avoir versé 52,4 milliards de dollars d’indemnités à plus d’1,5 million de requérants du monde entier.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page