POLITIQUE

Rassemblement du Front/Fippu pour une présidentielle avant le 02 avril : mobilisation avortée, les pro-Khalifistes au banc des accusés

Le Front de la Résistance /Fippu qui regroupe des plateformes comme Aar Sunu Élection, le F 24, des organisations de la société civile et des hommes politiques a tenu, le samedi 2 mars 2024 dernier, un rassemblement pour exiger du président de la République d’organiser l’élection présidentielle avant la fin de son mandat le 2 avril 2024, comme l’a dit le Conseil constitutionnel . Une forte mobilisation des Sénégalais a été notée lors de ce grand rassemblement au terrain des HLM Grand Yoff. Mais la  mobilisation a pris fin par des jets de pierres, avec les pro Khalifistes au banc des accusés.

Des milliers et des milliers de Sénégalais ont répondu massivement à ce rassemblement organisé le samedi 2 mars dernier par les membres du mouvement Front/Fippu regroupant des plateformes et mouvements politiques, plusieurs organisations de la société civile et autres engagées dans la lutte pour la tenue de l’élection présidentielle de 2024 et la fixation de la date du dit scrutin dans les meilleurs délais. Pour ce faire, des militants et sympathisants de différents âges, venus de différentes localités de Dakar et même de Thiès et d’autres localités du pays, habillés en maillots de l’équipe nationale du Sénégal ou en tee-shirt aux couleurs nationales, arborant des drapeaux et des banderoles, ont  pris part à cette manifestation du mouvement Front/Fippu. Parmi ces acteurs, certains sont venus avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire entre autres slogans : « Jeunesse désemparée et désespérée », « Non à la loi d’amnistie », « Free Sénégal, démocratie bafouée », « Pour la libération des otages  politiques, libérez Sonko, pour la fixation de la date de l’élection ». « Macky Sall  enterre la démocratie », « Stop à l’usurpation du pouvoir et à la violation des droits humains et politiques, alors refusons ».

Le rassemblement pacifique aurait été un test réussi de mobilisation pour le Front de la Résistance /Fippu si des incidents entre les partisans de Ousmane Sonko et ceux de Khalifa Sall n’avaient pas eu lieu.   Pourtant, tout allait bien au début de la manifestation du front de résistance (FDS/ FIPPU) dont les militants et sympathisants se sont mobilisés l’après- midi du samedi 2 mars au terrain HLM Grand Yoff pour dire « Oui à une élection avant le 02 avril ». Les leaders avaient d’ailleurs commencé à prendre un à un la parole pour dénoncer ce qu’ils qualifient comme des « abus du pouvoir de Macky Sall ». Mais la manifestation a pris fin plutôt que prévu.

En effet, l’ambiance est devenue tendue lorsque les militants de Khalifa Sall sont arrivés et quand le responsable de Taxawou, Cheikh Guèye, maire de Dieupeul/Derklé, prenait la parole. Il a été hué par la foule. Ainsi ont éclaté les violents incidents entre les deux camps.  Les partisans de Sonko accusent ceux de Khalifa Sall d’avoir saboté la manifestation. Du coup,  c’est en queue de poisson que le rassemblement du Front Fippu a pris fin le samedi 2 mars 2024 au Terrain des Hlm Grand Yoff.  Malgré les sons et autres slogans, le rassemblement a ainsi viré au fiasco, suite aux jets de pierres qui ont installé le chaos. Du coup, ce qui était alors un rassemblement pacifique a dégénéré en de violents incidents, poussant alors les forces de l’ordre à réagir pour calmer le jeu en tirant des lacrymogènes afin de disperser les manifestants. Les responsabilités sont situées de part et d’autre entre les partisans de Sonko et ceux de Khalifa Sall. Il faut noter que juste avant le rassemblement la Coalition « Diomaye Président » avait, dans un communiqué, invité ses militants à ne céder à « aucune provocation ».

BARTHÉLÉMY COLY (STAGIAIRE)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page