ACTUALITÉSPOLITIQUE

Reportage : Voyage au coeur des mines de Diogo

Implantée dans le village de Diogo depuis 2014, la société Grande Côte Opération (GCO) est spécialisée dans l’exploitation de ressources minières. Elle a organisé, ce jeudi 21 avril, une journée portes ouvertes à la presse afin de présenter ses différentes activités qui ne se limitent pas qu’à l’extraction de minerais.

La première étape de cette excursion s’est effectuée sur la mine de sables minéralisés de Grande Côte Opérations (GCO). Encore appelée Mine de Zircon de Diogo, elle est établie sur un bassin artificiel et se compose d’une drague de 50 mètres de long et 17 de large aspirant 7000 tonnes de sables minéralisés par heure et d’une usine de concentration flottante (WCP) où sont acheminés ces sables via un tuyau de 320 mètres.

C’est cette deuxième étape qui permet la séparation des sables minéralisés du sable ordinaire. Ce dernier est rejeté à l’arrière du bassin formant à la longue des dunes. La particularité de cette mine est qu’elle est en perpétuel déplacement et parcourt une distance de 30 mètres par jour. Les minerais extraits de cette activité sont de 4 natures différentes. Il s’agit de l’ilménite, du rutile, du leucopénie, et du zircon. En termes de chiffres l’ilménite représente 80% de la production de l’entreprise et représente 60% de son chiffre d’affaires. Tandis que le Zircon industriel représente 40% du chiffre d’affaires bien qu’il ne soit produit qu’à 10%. Une donnée importante pour GCO qui souhaite davantage mettre l’accent sur la production de ce minerai au vu de sa forte valeur ajoutée. L’impact de l’entreprise sur l’économie a été estimé à 83 milliard de Franc Cfa lors de l’année 2020.

Une réhabilitation dans le respect strict des normes environnementales

Vu sa mobilité, l’avancée de la mine contraint de nombreuses familles au déplacement. Consciente de cette conséquence, la société Grande Côte Opérations aurait privilégié une démarche proactive et inclusive avec les populations concernées. A cet effet, la commission départementale de réinstallation des populations impactées a été mise en place. Elle est non seulement composée des populations locales, représentées par les chefs de village, mais aussi des élus locaux et de l’administration territoriale.

« Tout le processus de déplacement est géré par la commission de façon transparente à travers des discussions ouvertes », indique Daour Dieng, Président du Conseil d’Administration de GCO et Directeur Communautés, Environnement et Affaires Publiques. Dans ce processus de recasement, GCO entreprend en amont un plan de réhabilitation marqué dans un premier temps par une stabilisation des surfaces ensablées pour permettre une meilleure accessibilité aux sites. Cette première étape passée vient ensuite celle de la fertilisation des sols avant de passer à la plantation des différentes espèces végétales. Dans le but d’augmenter ses chances de réussite, la compagnie a mis en place une pépinière dont la gestion est confiée aux populations locales (formées par leur soin et constituées en GIE) qui utilisent ces plantes pour la réhabilitation.

Dans cette démarche, le groupe affirme travailler en étroite collaboration avec les eaux et forêts. « La GCO veille à l’écosystème autour de l’ensemble des villages qui sont déplacés, pour que l’harmonie soit préservée en termes d’amélioration des conditions de vie de leurs habitants dans la gestion des impacts », confie Guillaume, directeur général de GCO.

Le satisfécit des populations

« On s’est rendu compte que l’indemnisation financière est toujours précaire pour les communautés. Par exemple, vous donnez 25 millions à une personne et 5 ans plus tard vous verrez que cette personne n’aura rien fait de cet argent », lance Ibrahima Diop, responsable de la réinstallation, rétablissement des moyens de subsistance et RSE.

C’est fort de ce constat que la société a décidé de construire plusieurs sites de recasement pour les déplacés désireux. Les derniers qui viennent de sortir de terres sont les villages de Keur Korka et Gamou Sow. Dans ces hameaux, 46 maisons ont été construites et elles seront livrées aux populations ce dimanche 24 avril. Ces architectures modernes sont composées de 3 à 4 chambres chacune d’un panneau solaire, pour assurer une alimentation en électricité, et d’une borne fontaine reliée à un château d’eau. Sans oublier la présence d’une mosquée et d’un poste de santé.

Le chef de village de Foth n’a pas manqué de témoigner toute sa reconnaissance face à toutes ces réalisations : « On remercie énormément GCO pour tout ce qu’ils ont apporté surtout sur le plan des infrastructures. Ils nous ont permis aussi de nous désenclaver. Là où on faisait plusieurs jours pour rejoindre les localités voisines, ce compte en heures aujourd’hui. Moussa Sall est l’une des acteurs ayant facilité le dialogue entre les populations et GCO ».

Bien qu’il se réjouit de l’apport de l’entreprise espère plus : « Certes, ils nous ont apporté énormément de bonnes choses mais on souhaite qu’ils s’attaquent à la problématique de l’emploi des jeunes. On leur a fait part de cette doléance à plusieurs reprises mais jusqu’à lors rien. Et pour nous c’est la priorité. »

Dans le volet éducation, GCO a construit une école primaire. Elle a d’ailleurs connu une première promotion d’élèves ayant obtenu leur Certificat de fin d’études élémentaires (CFEE) l’année dernière. Ils étaient au nombre de 7 dont une fille (l’effectif de la classe était de 10 élèves). Constituée de 3 bâtiments, cet établissement semble être de plus en plus petit pour la pléthore de bambins la fréquentant. Sur ce, le directeur de l’école lance un appel à leur bienfaiteur : « Nous souhaitons que ces infrastructures soient améliorées parce que les effectifs augmentent et l’accompagnement de GCO va permettre à notre école d’être une référence. Par ailleurs, on souhaite que l’école soit dotée d’ordinateurs pour permettre à ces enfants de se familiariser avec cet outil. »

seneweb

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page