A LA UNEACTUALITÉS

Sécurisation des eaux territoriales : La Marine resserre ses filets

Ce week-end, la douane a saisi des munitions de guerre d’une valeur de plus de 3 milliards de francs Cfa au port de Dakar. Avant cette opération, la Marine nationale avait aussi réussi de gros coups de filets. On se demande si les eaux sénégalaises ne sont pas aujourd’hui le lieu de transit des trafiquants ?

Les trafiquants sont en zones troubles… Dakar serait-elle devenue une plaque tournante de plusieurs trafics, notamment en haute mer ? Une question légitime, au vu des nombreuses saisies opérées par les douanes sénégalaises et l’Armée depuis quelques mois. Longtemps zone de non-droit à cause de l’absence de moyens de surveillance modernes, les eaux sénégalaises sont devenues très dangereuses pour les dealers, avec une succession de saisies de produits prohibés.

La dernière en date est l’arraisonnement du navire Eolika, chargé de munitions de guerre d’une valeur de plus de 3 milliards de franc Cfa au port de Dakar. C’était le week-end dernier. Cette importante saisie est ainsi un nouvel exploit des douanes et de la Marine nationale en matière de sécurisation des frontières maritimes sénégalaises.

Dans la nuit du 26 au 27 juin 2021, la Marine nationale avait exploité une information dans le cadre du dispositif international de lutte contre la drogue. Elle faisait état de la présence au large de nos eaux d’un navire sans pavillon national et transportant de la drogue. C’est une grande quantité de haschich qui y a été découverte. La Dirpa n’avait pas donné de détails sur la quantité de la cargaison mais d’après Libé¬ration «après pesage, il a été découvert que l’embarcation transportait 8,333 tonnes de haschich». «Le patrouilleur Kédougou, qui était en mer dans le cadre de ses missions de surveillance de nos eaux territoriales, la vedette Lac Retba et une équipe de forces spéciales de la marine ont procédé à l’interception du navire le 27 juin (dimanche) à 9h 30, à 130 nautiques (240 km) des côtes sénégalaises», avait déclaré la Direction des relations publiques de l’Armée (Dirpa). La même source informait de l’interpellation des membres de l’équipage, trois individus de nationalité étrangère.

Déjà en début juin, la Marine nationale avait saisi 8 tonnes de haschich au large de Dakar. Les membres l’équipage, de plusieurs nationalités, ont été interpellés et placés sous mandat de dépôt. Cinq mois après ce succès, la Marine nationale réussira une nouvelle opération le 17 octobre. Elle a arraisonné un navire avec à son bord 2026 kg de cocaïne. Et les 5 membres de l’équipage du navire dénommé La Rosa, sont impliqués dans un trafic international de drogue, d’après la Dirpa. Toujours dans le cadre de la lutte contre le trafic de stupéfiants, dans la nuit du 27 au 28 avril 2020, la Marine nationale à bord du patrouilleur Fouladou, avait mis la main sur 5145 kilogrammes de haschisch au large de Dakar. La marchandise prohibée était transportée par un voilier dénommé Ainez, dont les trois personnes de l’équipage et la cargaison ont été déroutées vers le port militaire de la base navale de Dakar en son temps. Au début de l’année 2020, dans les eaux sénégalaises, une découverte de 120 kg de cocaïne a eu lieu dans le Grande Nigeria du groupe Grimaldi. Ces opérations frappées de succès sont le résultat des moyens dégagés par l’Etat à la Marine nationale. «Les activités soutenues de surveillance de l’espace maritime national ces trois dernières années, sont reflétées par une présence permanente en mer, avec une moyenne de quatre cent-dix navires et embarcations et trois-cents personnes contrôlées chaque semaine, pour un arraisonnement chaque mois», soutenait le Contre-amiral Momar Diagne, chef d’état-major de la Marine nationale en janvier 2020, lors de la célébration de l’anniversaire de la Marine nationale.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page