SOCIETE / FAITS DIVERS

Tamba – Défaillance au poste de transformation électrique de Gourel : Un cheval électrocuté, son propriétaire sauvé de justesse

Emoi et consternation ont secoué les populations du quartier Gourel Diadié dans la commune de Tambacounda, ce jeudi. Un charretier a failli perdre la vie à cause du courant qui malheureusement n’a pas épargné son cheval. Il l’a échappé belle grâce à l’intervention diligente des riverains. «Les travaux de réalisation du poste de transformation électrique logé dans l’école élémentaire de Gourel Diadié ne seraient pas bien exécutés.» C’est ce qu’ont dénoncé les populations de la localité, réveillées par un drame. Ce jeudi, vers les environs de 9h 30mn, un charretier de passage sur la route à proximité du poste de transformation électrique a vu son cheval retenu par la force du courant. Et pourtant, la charrette était à une bonne distance du poste, ont témoigné des témoins. L’animal paiera le plus lourd tribut. Il est tué. La force du courant était telle que le cheval est projeté par terre et électrocuté.
Très en colère, les populations ont pointé un doigt accusateur sur la Senelec. Pour elles, ce sont les travaux qui sont mal faits. Heureusement que les riverains qui ont suivi le drame ont réussi à sauver le charretier, un gosse d’une quinzaine d’années. «Sans nous, le gosse allait mourir», ont expliqué les sauveteurs. Il avait commencé à être retenu par le courant.
Furieuses, les populations ont demandé à ce que le poste soit délocalisé pour la sécurité des habitants. «Le poste est construit dans une école et cela n’est pas sûr», ont protesté des jeunes. Poursuivant dans leurs complaintes, les jeunes exigent à ce que la Senelec rembourse le cheval tué. «Il faut payer la perte du cheval», ont-ils rugi. «C’est un jeune patriote qui s’est battu pour se payer l’animal pour le transport de bagages afin de subvenir à ses besoins. Aujourd’hui, du fait de travaux mal faits, il a tout perdu et risquait même d’être tué. Qu’il soit indemnisé et puis c’est tout», se sont plaints les indignés.
Deux agents de la Senelec sont intervenus quelques minutes après le drame pour sécuriser le poste. Ils n’ont cependant pas voulu se prêter à nos questions. «Allez voir les autorités de la Senelec», nous ont-ils servi.
La police, informée, s’est présentée sur les lieux et va certainement ouvrir une enquête pour situer les responsabilités. En attendant, le propriétaire du cheval n’a que ses yeux pour pleurer. Reste à savoir s’il sera dédommagé.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page