SOCIETE / FAITS DIVERS

Tambacounda : Un Homme Arrêté En Possession De Viande De Singe Et De Chacal

C’est suite à une information faisant état d’une intense commercialisation de la viande de brousse ayant pignon sur rue au quartier Elevage de la commune de Koussanar située à 44 Kilomètres de Tambacounda. Nantis de cette information, les pandores débarquent dans cette localité nichée sur la RN1. Sur place, le commandant Ndiaye met en place une équipe de surveillance et d’observation aux alentours du domicile des mis en cause.

Les éléments de la Section de Recherches de la gendarmerie de Tambacounda ont réussi un joli coup de maître. Ils ont démantelé un réseau de vente de viande de singe et de chacal entretenu par un vieux répondant au nom de D. N. et son acolyte I. C. dans la commune de Koussanar. Ces derniers ont été trouvés porteurs de 02 peaux d’animaux dont une de chacal et une autre de singe rouge, 02 crânes de singes dont 01 fraichement abattu et une arme à feu de calibre 12 mm et des munitions.

L’opération effectuée a permis l’interpellation du vieux D. N. et de son acolyte I. C. Une fouille est aussitôt opérée dans leur antre. L’effort des hommes de l’ombre s’est soldé par la découverte d’une arme à feu, de trois munitions de calibre 12 mm, de 2 peaux d’animaux dont une de chacal et une autre de singe rouge; 02 crânes de singes dont 01 fraichement abattu. Interrogé sur la provenance de l’arme, D. N. soutient avoir acquis l’arme auprès du sieur I. C. qui habite dans le même secteur.

Sur les viandes de brousse trouvées en leur possession, il ajoute qu’elles sont tirées de leurs activités et les vendent à 1000 FCFA. Extraits de leur cellule de la prison du quartier Liberté, les prévenus ont tenté de mener en bateau les juges du TGI de Tambacounda. D. N. déclare qu’il n’a jamais vendu de la viande brousse. Il ajoute qu’il consomme ces viandes pour soigner sa maladie au niveau de ses pieds sur instruction de son guérisseur.

A la suite du maître des poursuites qui a requis l’application de la loi, le tribunal de grande instance de Tambacounda a condamné les deux prévenus à une peine de 6 mois assortis du sursis, synonyme d’avertissement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page