SOCIETE / FAITS DIVERS

Tentative D’Extorsion De Fonds: Le Détenu A Récupéré La Vidéo De Sa Victime Sur Seneporno

Khadim Guèye, 28 ans, est en train de purger une peine de six mois pour avoir exercé du chantage à la sextape sur deux hommes. Ce mardi 13 juin 2023, le détenu a été encore jugé pour tentative d’extorsion de fonds et détention d’images contraires aux bonnes mœurs au préjudice de Abibatou Camara. Reconnu coupable, il a écopé d’une peine de deux ans, dont six mois ferme. 

Khadim Guèye prenait du plaisir à faire du chantage à la sextape. Il avait connu ses deux premières victimes (ce sont des hommes) via le réseau social Tik Tok. Quand il a contacté ses proies, il s’est fait passer pour une fille pour les draguer. Au cours des discussions, ils ont ainsi échangé des vidéos. Mais, ses interlocuteurs se trouvaient dans des positions compromettantes. C’est alors que Khadim Guèye a réclamé de l’argent à ses victimes sous peine de diffuser les images sur les réseaux sociaux.

Arrêté suite à la plainte du duo, le maître-chanteur a été jugé et condamné à six mois de prison ferme. Mais, il n’était pas au bout de ses peines. Extrait de sa cellule de prison ce mardi 13 juin 2023, Khadim s’est expliqué sur les faits de tentative d’extorsion de fonds et de détention d’images contraires aux bonnes au préjudice de Abibatou Camara. En l’absence de cette dernière, il a renseigné avoir récupéré la vidéo sur seneporno. « La partie civile était en train de se masturber. Son numéro était inscrit sur la vidéo. Quand je lui ai envoyé le film érotique, elle n’a pas réagi. Par la suite, je lui ai envoyé un message en lui disant que j’ai visionné la vidéo sur internet.

Là encore, elle n’a pas réagi. Je ne lui ai jamais réclamé 200.000 francs. C’est sa mère qui m’a finalement contacté et je lui ai réclamé 100.000 francs. Mais, je plaisantais », a-t-il argué. Dans ses observations, le parquet a relevé que la plaignante avait perdu le sommeil. Car le prévenu la menaçait tout le temps.

Finalement, celui-ci a fait croire à la mère de la fille qu’il pouvait supprimer la vidéo sur seneporno moyennant 100.000 francs. Le maître des poursuites a ainsi sollicité une peine ferme d’un an. Dans son délibéré, le juge a infligé une peine de deux ans, dont six mois ferme au prévenu.

KADY FATY 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page