ACTUALITÉSCOIN DES COUPLES

Un boost de libido grâce à un spray nasal? “Certains l’appellent le ‘viagra féminin’…”

En tant que femme, sera-t-il bientôt possible de booster sa libido en achetant une simple pilule ou un spray nasal? Ce scénario pourrait effectivement devenir réalité grâce à ‘kisspeptine’, un médicament lié au désir sexuel spécialement conçu pour la gent féminine. Dans les colonnes de Het Laatste Nieuws, la Belge Julie Bakker, un personnage clé de cette recherche révolutionnaire, explique son fonctionnement. “Certains l’appellent le ‘viagra féminin’, mais c’est trompeur.”

Hormones, stress, fatigue: de nombreux facteurs peuvent influencer la libido d’une femme. Mais ce désir sexuel sommeillant en chacun de nous pourrait-il être attisé? Des recherches sont en cours pour répondre à cette question, et la ‘kisspeptine’ pourrait bien être la clé permettant d’ouvrir les vannes du désir.

Des scientifiques de l’Imperial College London ont récemment testé le médicament sur des cobayes humains. Hommes et femmes ayant une faible libido ont ainsi reçu une injection de kisspeptine. Ils ont ensuite dû regarder des films érotiques tout en restant allongé dans un appareil IRM. Les résultats étaient tout à fait remarquables. Selon les participants, l’aphrodisiaque fonctionnait bel et bien. Des témoignages qui résonnent avec l’activité cérébrale reliée au désir sexuel qui a pu être analysée sur les scans.

Cela fait maintenant plusieurs années que la professeure et neuroscientifique belge, Julie Bakker (Université de Liège), mène des recherches sur la kisspeptine. Cela ne faisait aucun doute pour elle: ce produit allait révolutionner le milieu et devenir un médicament sexuel dédié aux femmes.

 
Avant toute chose: qu’est-ce que la kisspeptine?

Julie Bakker: “La kisspeptine est une protéine créée par les neurones dans le cerveau. Elle active toute une série de réactions et stimule, entre autres, la production d’hormones sexuelles. Chez les hommes, il s’agit de l’androgène et de la testostérone. Chez les femmes, de l’œstrogène. La kisspeptine joue donc un rôle clé dans la création du désir.”

 
Pourquoi est-ce principalement intéressant pour les femmes?

“Il existe des différences claires au niveau sexuel. Les femmes ont plus de neurones kisspeptines. Cela suggère donc qu’ils remplissent une fonction bien spécifique.”

    Le cerveau d’un homme est assez rapidement excité. Chez la femme, une réaction en chaînes doit d’abord se mettre en route.
Julie Bakker

“Lorsqu’on parle de désir, le mécanisme entre les femmes et les hommes est fort différent. Le cerveau d’un homme est assez rapidement excité. Chez les femmes, une réaction en chaîne doit d’abord se mettre en route, durant laquelle les hormones sexuelles vont se réveiller.”
 
Quels sont les plus gros éléments perturbateurs chez les femmes?

“Nous savons que le désir sexuel féminin est partiellement réglé par les hormones. Cela se manifeste clairement chez les animaux. Les femelles sont uniquement intéressées lorsqu’elles ovulent. Le mâle, lui, est tout le temps ouvert à un rapport. Chez les humains, c’est moins rigide, mais des études ont démontré que les femmes avaient davantage envie d’avoir des relations sexuelles ou de rencontrer d’autres personnes lorsqu’elles étaient plus fertiles.”

“Dans cette optique, il est tout à fait logique que le désir sexuel diminue lorsque le système endocrinien est perturbé. Pensez à la ménopause, par exemple, quand les ovaires ne produisent plus d’œstrogène. Cela a un effet négatif important sur la libido.”

“De nombreuses femmes disent que la pilule a un impact désastreux sur leur libido. C’est une conséquence possible, puisqu’elle supprime la régulation hormonale, et donc la fluctuation normale d’hormones. Tout est à plat, pour ainsi dire. L’effet varie néanmoins d’une personne à l’autre.”

 
Comment fonctionne la kisspeptine?

“Cela agit littéralement sur votre cerveau, dans l’espoir de déclencher le système de désir chez la femme. Certains l’appellent le ‘viagra féminin’, mais c’est trompeur. Le viagra augmente le flux sanguin vers le pénis. Le mécanisme est donc complètement différent.”
 
Les recherches sont-elles bientôt terminées?

“Les collègues britanniques ont, pour la première fois, testé le médicament sur des humains. Mais les recherches sont loin d’être finies. Après l’analyse de l’activité cérébrale, nous devons également mesurer l’impact physiologique. Je pense par exemple à l’excitation vaginale. Avant qu’il n’apparaisse dans les rayons de votre pharmacie, des essais cliniques doivent encore être réalisés sur de grands groupes de femmes. Le potentiel est là, mais j’aperçois encore quelques problèmes qui doivent d’abord être réglés.”

 
Tels que?

“La kisspeptine stimule la production d’hormones sexuelles. Chez les femmes ménopausées, cela n’a pas tellement d’importance puisqu’elles n’ovulent plus. Mais chez les jeunes, cela peut stimuler l’ovulation et donc mener à des grossesses non désirées. Vous pouvez également désordonner tout le système endocrinien et cela peut créer d’autres problèmes de santé.”

“Nous devons donc réussir à diminuer ces effets indésirables. Et il devra y avoir des instructions d’utilisation très claires, telles que: ne l’utilisez qu’une fois par semaine. Jamais de manière quotidienne.”

    Il existe déjà des sprays nasaux à la kisspepti­ne. S’il vous plaît, ne les achetez pas
Julie Bakker

“Nous sommes par ailleurs confrontés à un deuxième problème: le moyen d’administration de la kisspeptine. Les chercheurs britanniques ont utilisé une perfusion, mais ce n’est pas quelque chose que vous pouvez refaire chez vous. Il faut donc trouver des solutions alternatives plus pratiques.”
Quelles sont les différentes options?

“Je sais que les scientifiques sont en train de développer une sorte de gélule qui se décompose au bon moment dans le corps afin que la kisspeptine puisse voyager vers les régions du cerveau devant être stimulées.”

“La deuxième piste qui est actuellement envisagée, c’est le spray nasal. Lorsque vous réalisez une petite recherche Google, vous vous rendez compte que certains sont déjà disponibles sur le marché. Mais, s’il vous plaît, n’en achetez pas. Ils n’ont pas été suffisamment testé sur les humains. Nous ne savons pas si le spray atteint réellement le cerveau, et encore moins ce qu’il contient. Dans le meilleur des cas, il s’agit seulement d’une solution saline.”

Devriez-vous prendre de la kisspeptine dès que vous envisagez d’avoir un rapport sexuel?

“En effet. Lors de mes recherches sur les souris, il en est ressorti que la kisspeptine fonctionnait lorsqu’elle était ingérée avant un rapport sexuel. Un quart d’heure ou deux heures avant, cela n’est pas très important. La kisspeptine est une protéine qui est rapidement décomposée dans le sang. Cela se dissipe après quelques heures, mais ce n’est pas un problème. Vous n’avez pas besoin d’une concentration super élevée pour que cela fonctionne. Une toute petite quantité peut être suffisante pour mettre la machine en marche.”
On dirait presque un remède miracle, mais il y a encore de nombreux facteurs qui peuvent influencer la libido, tels que le stress, la romance…

“Des remèdes qui fonctionnent pour tout un chacun: cela n’existe pas. Même le viagra ne marche pas chez tous les hommes. Oui, cette petite pilule bleue va créer une érection, mais si votre tête est ailleurs, cela ne vous sera d’aucune utilité. Il existe une multitude d’autres facteurs qui jouent un rôle. Des femmes qui ont un emploi très chargé ainsi que des enfants en bas âge doivent courir à droite à gauche toute la journée. Lorsqu’elles ont enfin un petit moment de repos, elles ne seront pas forcément d’humeur pour un rapport sexuel. La qualité de votre relation joue aussi.”

    Je pense que le produit sera relative­ment cher  Julie Bakker

Quand pouvons-nous espérer apercevoir ce médicament dans nos pharmacies?

“Il faut encore mener de nombreuses recherches avant de recevoir le feu vert de l’Agence européenne des médicaments (AEM). Cela devrait voir le jour dans les dix ans. Je pense néanmoins que le produit sera relativement cher. Le viagra était également fort onéreux après être sorti sur le marché. 20 à 50 euros pour un spray nasal me paraît réaliste. Lorsque la demande grandira, les prix diminueront.”

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page