A LA UNE

Un chercheur déplore les lenteurs dans l’adoption de la loi sur l’accès à l’information

Dakar, 27 avr (APS) – Le directeur de l’Institut des droits de l’homme et de la paix (IDHP), Dr Sylla Sow, a déploré, mercredi, les lenteurs notées dans le processus d’adoption de la loi sur l’accès à l’information au Sénégal.

 

Ce projet dont le processus a été lancé depuis plusieurs années, est toujours dans les tiroirs de l’administration, a-t-il relevé lors d’une conférence publique organisée par l’Ejicom, l’École supérieure de journalisme, des métiers de l’internet et de la communication.

 

La conférence, axée sur le thème ’’Droit d’accès à l’information, loi d’’accès à l’information : état des lieux’’, a donné l’occasion à cette école basée à Dakar, de ’’poursuivre la réflexion qu’elle a déjà engagée depuis quelques mois sur l’accès à l’information au Sénégal et ses diverses implications tant dans l’exercice de la citoyenneté que dans la gouvernance des affaires publiques’’.

 

Le débat est organisé dans le cadre d’un programme initié par l’Ejicom, en partenariat avec l’Ambassade de Grande-Bretagne à Dakar. 

 

Au Sénégal, l’accès à l’information est codifié de manière sectorielle, et non à travers une loi générale, a rappelé le Dr Sylla Sow, chercheur associé à l’ONG Article 19.

 

Les lenteurs dans le processus d’adoption de cette loi seraient liées, entre autres, à une instabilité institutionnelle à l’origine d’un problème de portabilité du projet, a expliqué le chercheur.

 

D’abord conduit par le ministère de l’Intégration africaine, du Nepad et de la Promotion de la bonne gouvernance, le projet est actuellement porté par le ministère de la Justice.

 

Le chercheur indique qu’un problème de ’’volonté politique’’ et la persistance de la ’’culture du secret’’ dans l’administration seraient les facteurs à l’origine de cette lenteur constatée dans le processus d’adoption de cette loi pourtant d’une importance capitale pour les citoyens et les journalistes.

 

Le conférencier a invité les organisations de la société civile à se mobiliser pour amener le gouvernement à adopter cette loi sur l’accès à l’information.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page