AFRIQUEINTERNATIONAL

Vol et incendie au domicile du député de Labé : 8 personnes condamnées à la prison à perpétuité

Le tribunal criminel de Labé a condamné hier, vendredi 28 mai 2021, 11 personnes qui étaient poursuivies dans le cadre des attaques contre les domiciles du député uninominal de Labé et du coordinateur du mouvement « Djokken Alpha ». Huit des onze accusés, qui sont en fuite, ont écopé de la réclusion criminelle à perpétuité, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Ils étaient au total 12 personnes poursuivies dans ce dossier relatif aux attaques qui ont visé le domicile de Thierno Aliou Mosquée Diallo, député uninominal de Labé, et Samba Camara, coordinateur du mouvement de soutien au président Alpha Condé, dénommé « Djokken Alpha » (suivons Alpha). Des attaques qui ont eu lieu respectivement au lendemain du double scrutin (élections législatives et référendum constitutionnel) du 22 mars 2020 et après l’élection présidentielle du 18 octobre 2020.

L’un d’eux, qui est mineur, a été mis à la disposition du tribunal pour enfants, et les 11 autres ont été renvoyés devant le tribunal criminel de Labé pour des faits de destruction d’édifices privés, incendie volontaire et vol aggravé. Mais c’est seulement 3 accusés qui ont comparu dans cette affaire, puisque les 8 autres sont en fuite. A la barre, Abdoul Karim Barry, Mamadou Samba Barry et Sadou Diallo, sont sous mandat de dépôt depuis le 18 novembre 2020, ont tous nié les faits mis à leur charge.

Même si certains d’entre eux ont reconnu avoir détenu des objets volés, ils ont assuré qu’ils ne savaient pas que leur origine était frauduleuse. A l’issue des débats, le tribunal a estimé que les 3 accusés ne sont pas coupables des faits de destruction d’édifices privés et incendie volontaire et les a renvoyés des fins de poursuite pour ces faits. Par contre, la juridiction les a retenu dans les liens de la culpabilité du délit de vol aggravé, les condamnant à 2 ans d’emprisonnement chacun.

Quant aux 8 autres accusés, en fuite, le juge Laye Kourouma les a déclarés coupables des faits d’incendie volontaire et de vol aggravé. Il les a condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité, avec une période de sûreté de 30 ans, tout en décernant un mandat d’arrêt à l’audience contre eux. Et, ce mandat a déjà commencé à être exécuté. Car l’un des concernés a été interpellé dans la soirée de ce vendredi même à Labé, a confié Patrice Koman Koïvogui, substitut procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Labé.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page