POLITIQUE

13ème élection présidentielle au du Sénégal, ce dimanche : 7.033.852 sénégalais aux urnes pour désigner le successeur de Macky Sall

Le Sénégal va tenir demain, dimanche 24 mars, sa 13ème élection présidentielle de son histoire politique depuis l’indépendance en 1960. 7.033.852 électeurs sont attendus dans les 15.633 bureaux de vote ouverts dans 6.681 centres de vote au niveau des 553  communes sur les 46 départements que compte notre pays pour choisir le successeur de l’actuel chef de l’Etat lors de ce scrutin qui se distingue par plusieurs particularités.

Fini la campagne électorale pour les 19 candidats retenus par le Conseil constitutionnel pour le scrutin présidentiel demain dimanche 24 mars. Après douze jours d’intense communication et de propagande autour de leurs différentes offres programmatiques, la parole est désormais aux électeurs sénégalais qui devront choisir celui qui va succéder à l’actuel chef de l’Etat, Macky Sall, au niveau des commandes de la barque du Sénégal pour les cinq prochaines années. Au nombre de 7.033.852, ces électeurs sont donc attendus demain dans les 15.633 bureaux de vote ouverts dans 6.681 centres de vote au niveau des 553  communes sur les 46 départements que compte notre pays. 13ème élection présidentielle de l’histoire politique du Sénégal depuis l’indépendance en 1960, l’une des spécificités du scrutin, c’est qu’elle va permettre au Sénégal qui a échappé de justesse à un basculement institutionnel, de tourner définitivement la page d’une crise institutionnelle qui le guette depuis le 3 février dernier.

En effet, en votant demain, les Sénégalais, en plus de choisir leur nouveau président de la République,  vont également dissiper les nuages de cette crise institutionnelle que le président sortant, Macky Sall, a installé dans le pays suite à sa décision illégale d’abroger le 3 février dernier le décret convoquant le corps électoral pour cette présidentielle initialement prévue le 25 février dernier. L’autre particularité de ce scrutin présidentiel est la non-participation du président sortant. Après deux mandats, l’actuel chef de l’Etat Macky Sall va donc observer, depuis sa résidence privée à Mermoz  qu’il quitte chaque jour pour aller travailler au Palais de la République, le déroulement des opérations électorales pour sa succession.

Et en cas de second tour, le président Macky Sall ne pourra pas faire de passation de pouvoir avec son successeur qui sera élu à l’issue de cette élection. Car, dans sa décision du 4 mars dernier, la Conseil constitutionnel, nonobstant l’engagement de Macky Sall de quitter le pouvoir le 2 avril prochain, a légalement balisé le chemin de la suppléance au président de l’Assemblée nationale qui devra prendre les commandes jusqu’à la proclamation des résultats définitifs de cette présidentielle. Depuis l’indépendance, c’est la première fois qu’un tel scénario se produit au Sénégal.

NANDO CABRAL GOMIS

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page