ACTUALITÉSCULTURE / ARTEducationReligion

Conférence 3e édition du «Gingembre littéraire» : Faire dialoguer les cultures et les religions

La 3e édition du «Gingembre littéraire» démarre demain. Après Sédhiou et Ziguinchor l’année dernière, c’est au tour de Thiès, Mbour et Diass (3 au 5 décembre 2021) d’accueillir le programme de cet important évènement axé sur la culture et le développement, souligne Gorgui Wade Ndoye, l’initiateur. Pour cette 3e édition, qui explore la thématique : «Dialogue des Cultures et des Religions», un vibrant hommage sera rendu au Professeur Iba Der Thiam.

La 3e édition du Gingem­bre littéraire sur le «Vivre Ensemble» se prépare activement. Pour cette année, l’initiateur de l’évènement, El Hadji Gorgui Wade Ndoye, a choisi Thiès, Mbour et Diass, pour tenir ses assises. «Thiès-ville, Mbour et Diass étaleront, devant la Nation tout entière et le reste du monde, leurs atouts et atours culturels et touristiques, ainsi que leur détermination inébranlable d’apôtres de la paix et la cohésion nationale, à l’image des autres villes citées», annonce Gorgui Wade Ndoye, journaliste accrédité auprès des Nations unies, à Genève.  Dans un contexte globalement marqué par le repli sur soi, la démultiplication, la circulation des idées et tendances qui génèrent de nouvelles conflictualités, exprimées de manière plus ou moins violente, surtout avec la généralisation des réseaux sociaux, la culture reste un levier essentiel pour promouvoir la paix. C’est un levier fondamental et incontournable pour soutenir le vivre ensemble dans la diversité, indique M. Ndoye. Et c’est ce qu’a compris le Gin­gembre littéraire, pour discuter de ce thème du «Vivre En­semble : Dialogue des Cultures et des Religions». «D’après Afrobaromètre (2020), 91% des citoyens font d’abord confiance à leur leader religieux et appartiennent à des regroupements organisés pour la vie collective, l’entraide et la mobilisation, pour des projets et agendas communs. Une étude récente rappelle que les Sénégalais occupent, avec l’Ethiopie, les premières places du classement mondial sur l’importance de la religion dans leur vie», rappelle la note conceptuelle du Gingembre.

Depuis la première édition en 2019, «nous poursuivons un effort de quadrillage du territoire national pour partager, dans notre espace public souvent pollué de plus en plus de discours de haine et violence, aux antipodes de nos valeurs traditionnelles et humanistes, un banquet de l’Esprit pour ancrer définitivement notre pays dans la stabilité et offrir au monde un supplément d’âme», a déclaré El Hadji Gorgui Wade Ndoye, l’initiateur

Les dialogues interreligieux et intrareligieux sont des ingrédients importants pour le vivre ensemble, comme le gingembre, épice, médicament et stimulus pour le corps hu­main. «L’unité des religiosités et des spiritualités doit être un leitmotiv. Et c’est tout l’objectif que se donne le Gingembre littéraire de cette année 2021», explique M. Ndoye. «Le dialogue religieux est devenu in­dispensable au maintien de l’harmonie interconfessionnelle et subséquemment, de la cohésion sociale, qui constitue une valeur-refuge face aux crises politiques, sanitaires, économiques environnementales de plus en plus fréquentes.»

Hommage au Pr Iba Der Thiam.

Pour cette 3e édition qui sera axé sur la culture et le développement, un vibrant hommage sera rendu au Professeur Iba Der Thiam, parrain de l’université de Thiès, décédé il y a juste une année, informe M. Ndoye. Cependant, des Conférences et débats sur le «Dialogue des Cultures et des Religions» serviront à nourrir les discussions avec les différents partenaires stratégiques, notamment l’université Iba Der Thiam, l’Uni­versité virtuelle du Sénégal, l’université Gaston Berger, l’université Cheikh Anta Diop, le Cadre unitaire de l’Islam, le Forum civil, Amnesty international, Legs Africa, l’Eglise, les familles religieuses et en présence de la presse nationale et internationale, de diplomates et du public, annonce l’organisateur, El Hadji Gorgui Wade Ndoye. D’après lui, il est également prévu des visites dans des sites et monuments historiques et naturels mais aussi, il sera élaboré un policy brief à l’attention des pouvoirs publics, partenaires nationaux et internationaux. «Habiter le monde, c’est vivre-ensemble en faisant dialoguer les cultures et en vue de pérenniser l’humanité», dira dans le communiqué, Serigne Momar Sarr, qui assurera cette année, le Rapport général.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :