CONTRIBUTIONLe Blog D'Ahmadou Diop

Grand Tapage Médiatico- politique du Train express régional : ou le pacte colonial d’agressions du cartel lgbt mafieux et la charte de l’impérialisme ou la servitude au Sénégal. Par AHMADOU DIOP CPC.

Il s’agit bien  de la violation récurrente  des valeurs d’un pays libre, voire  même d’un chantage, de pression et   de violences répétitives  de la part du cartel lgbt mafieux  et la  sous bienveillance de l’impérialisme.

 Le 27 Juin 2013 : visite officielle au Sénégal  de l’ancien président des États-Unis, sur la question homosexuelle,  Barack Obama, qui  a  été certes habile et très courtois et  salué « une victoire pour la démocratie américaine. Selon  le journal français, le monde, lors de sa conférence donnée conjointement, le jeudi 27 juin 2013, par le président américain et son homologue sénégalais Macky Sall, a commencé par un instant de vérité.

 Pour rappel, selon les sources du même journal hexagonal, la première question posée par une journaliste américaine a porté sur la décision rendue la veille par la Cour suprême américaine favorable au mariage homosexuel.

Macky Sall : « le Sénégal est un pays tolérant qui ne fait pas de discrimination en termes de traitement sur les droits (…). Mais on n’est pas prêts à dépénaliser l’homosexualité. C’est l’option du Sénégal pour le moment. Cela ne veut pas dire que nous sommes homophobes. Mais il faut que la société absorbe, prenne le temps de traiter ces questions sans qu’il y ait pression. »

À quelques jours de la venue du président américain  dans  la Capitale sénégalaise à Ndakarou : {VIDEO}Macky Sall s’exprimant sur les droits des homosexuels à l’Université de Harvard: « Il faut protéger les minorités ». Comme par hasard, la vidéo disparaît dans les radars de youtube.  Comprenne qui pourra !

2014, Macky Sall déclare que le pays n’est pas prêt à dépénaliser l’homosexualité. Quel Macky  Sall faut-il croire donc ?

 Car d’un côté, Macky, le terroriste ethnique, le promoteur du népotisme, le symbole maléfique, maçonnique, apocalyptique, prêche le faux, et  prône  en même temps « un islam tolérant »,  tandis que de l’autre côté,  il  fait la promotion de l’homosexualité à demi-mot. [Vidéo] – Macky Sall « Qu’ils soient homosexuels, c’est leur problème ».

Nous sommes en droit de nous  poser des questions légitimes ? Et pour cause.

S’agit-il donc d’un satisfécit pour les lobbies homosexuels endogènes et exogènes ? Un tel discours crypté,  est   étrangement, ambivalent, obscur-clair, obéit-il forcément à un quitus non assumé ?

 De 2012 à nos jours, qui parraine  et légalise  les lobbies  homosexuels  et pétroliers, si ce n’est,  l’activiste hypocrite,  pro gay, criminalise la démocratie et les manifestations, torture les détenus politiques  prône la corruption  et la mal gouvernance,  fait le contraire de ce qu’il affiche publiquement, le prouve  matériellement par des décrets  inflationnistes , souterrains, qui atterrissent directement au ministron de l’intérieur ? C’est du jamais vu au Sénégal !

 Macky Sall ,  se plie-t-il donc à la règle de ses parrains, s’exécute habilement ?  Il « légaliser » les actes contre-nature à demi-mot.  Nous le croyons sans équivoque. Que personne ne dise qu’il ne savait pas !

Un an après  la publication de mon article  sur l’homosexualité au Sénégal et  à quelques encablures des municipales, dont le  moins que l’on puisse dire, les dés semblent déjà pipés, notamment à 10 jours du 31décembre 2021 : le symbole «  du  même réchauffé » jusqu’à l’abîme, ou le  disque rayé, obsolète.

Les lobbies lgbt  mafieux, encordés, font bloc et  vent debout,  dans un cri d’orfraie, montent au créneau.  Criminalité de l’homosexualité : le capharnaüm du tribal, affolé, le dépôt  du projet de loi,  reporté  sine die. bizarre et à quelle fin  !

 Depuis quelques jours, nous assistons sans coup férir à la chronique annoncée de à tambour battant  du fameux  train express régional, très onéreux, nous a coûté la somme astronomique de plus 1800 MDS FCFA, sera inauguré, le 27 décembre prochain.  C’est bien une commande coloniale tout comme  le métro  ivoirien.  Une semaine avant : ou le pacte d’agression colonial contre nos valeurs propres  spécifiques, salutaires. Les lobbies lgbt  mafieux montent au créneau, remettent plus que jamais, le couvercle et ce, par le vacarme hystérique  de la presse endogène en place et exogène, interposées.

 Ou sommes-nous alors  des moutons tondus  pour accepter mécaniquement, la tète baissée,   les lois suprémacistes blanches ? Et auquel cas  des moins que rien.  Est-ce donc à dire que  la charte de l’impérialisme ou de la servitude,  est synonyme de supériorité, dans laquelle les pays du sud doivent se  plier nécessairement à sa règle ?

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, dans les monarchies arabes, pétrolières et gazières,  héréditaires, on évite à tout prix d’imposer les lois contre-nature.

 Les prétendus donneurs de leçons, l’épicentre de la pandémie mondiale,  ou  je ne sais quelle morale, se croient immuables et investis d’une mission civilisation, salvatrice, se barricadent, se peignent sous les oripeaux victimaires, des leurres  se rebiffent ;  en fermant ses frontières, et sous la menace du variant omicron, venu, de l’Afrique du sud.

 Sur fond d’idéologie non assumée, même la crise sanitaire n’échappe point à la sacro-sainte loi pour les mêmes.  C’est du pareil au même.

 Les mêmes, qui s’innocentent,  par devers,  retournent  la provenance de la pandémie mortelle à demi-mot. On dort debout. Immigration et expatriation : deux termes s’opposent, selon la position des uns et des autres. Rien absolument n’a véritablement dans le monde et dans le sens  substantiel des progrès, depuis  la traite négrière, européenne,  en passant par  le travail forcé, et surtout le colonialisme.

En vérité, la dépendance de l’aide de la  charte de l’impérialisme «  soft »  à l’encontre des pays africains, francophones, soumis et sous tutelle coloniale, est-elle donc   conditionnée, ou  un outil de chantage, de pression et d’oppression, pour nous asservir  et nous dominer tout le temps, aussi longtemps que cela est nécessaire, comme si nous sommes maudits, malléables et corvéables à merci  ?  C’est ça la gouvernance mondialiste et à sens unique ! Une épée de Damoclès pèse sur la tête des nègres soumis !

À chaque situation exceptionnelle,  particulière, la sémantique et la tonalité changent. Les mêmes causes reproduisent nécessairement les mêmes effets nocifs, servent de prétextes baroques pour justifier par la ruse, l’injustifiable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :