TECHNOLOGIE - SCIENCE

FATICK : Le CRE fête sa première promotion « Me Bassirou SAKHO »

Le centre de recherche et d’essai de Fatick a célébré ce samedi la sortie de sa première promotion baptisée Me Bassirou Sakho . En effet l’avocat et candidat à la mairie de Fatick a accepté volontiers d’être parrain de la journée depuis  la création du centre en 2014. Ainsi une vingtaine de récipiendaires a reçu leurs attestations sur les métiers de l’informatique.

« Je suis très honoré ce matin d’être le parrain de ces jeunes après leur formation brillante  professionnelle. Il me semble que c’est la première, mais je peux vous rassurer monsieur le directeur que ce ne sera pas la dernière car nous nous portons volontaires de venir partager avec vous notre expertise et notre expérience afin de servir de modèle à tous vos apprenants » a déclaré d’emblée l’avocat. 

Revenant toujours sur les raisons de l’acceptation de son parrainage, la tête de liste de la coalition «  Gaalu Sénégal » à la municipalité de Fatick renchérit «  l’éducation est au début et à la fin de tout développement . C’est la raison principale pour laquelle je n’ai jamais hésité un instant à prêter main forte pour répondre à l’appel de tous les centres y compris celui-ci dont l’œuvre est justement de participer à créer un modèle de société»

A propos de sa candidature aux élections locales Me Bassirou Sakho dira  » en ce début de campagne électorale, la coalition « Gaalu Sénégal » veut demain présider au destin de cette belle ville qui est malade et a besoin de ses fils à se mettre à son chevet pour la guérir et la développer; pour la  remettre debout . Nous nous engageons à devenir le premier partenaire stratégique du centre si les populations de Fatick nous portent à la tête de la municipalité ».

Aux vingt récipiendaires , la robe noire leur donna ses conseils car, dit-il, la région de Fatick connaîtra des enjeux importants dans les cinq prochaines années et cela par la  découverte d’une ressource rare dans la région. Je veux nommer par là Sangomar et Djiffer avec l’exploitation pour la première fois du pétrole et du gaz.  » J’ai envie de demander quelle va être la position de la commune de Fatick dans cette nouvelle activité? Quelle va être le comportement des dignes Fatickois dans cette activité nouvelle qui j’en suis persuadé permettra à la ville de sortir de l’anonymat si nous en tirons profit. C’est possible par la détermination et le savoir. Les enjeux de demain nous obligent à continuer à vous former parce que nous aurons de nouveaux métiers avec la production de ses nouvelles ressources même si par ailleurs ses activités ne se feront pas sur le territoire communal mais elles se feront dans notre région »

Dans le même sujet Me Bassirou Sakho s’interroge toujours « Quelle sera la position de notre commune? Quel sera le comportement de nos jeunes? Est-ce que nous allons toujours rester spectateurs au moment où d’autres nous viendrons d’ailleurs pour faire le travail nécessaire pour la mise en valeur et la production de ses ressources à notre place? Ma réponse est non . Nous avons un rôle éminent à jouer et c’est cette belle jeunesse qui le fera. Vous avez  une mission importante à remplir chers jeunes et c’est à nous adultes d’alerter et de vous accompagner à la recherche du savoir afin de vous positionnez quand les premières gouttes de pétrole sortiront sous terre. C’est fondamental à travers une politique judicieuse pour permettre à Fatick de sortir la tête de l’eau ». 

Pour Jean Michel Ionny ami « Vous représentez la richesse et les pépites de votre pays malgré les conditions de formation que vous avez dénoncé. J’ai envie de vous dire que vous êtes magnifiques. Je vous souhaite la réussite immédiate afin d’avoir un emploi et continuer toujours à vous former ».

Du coté des récipiendaires , Mbaye Ba major de la promotion Me Bassirou Sakho a listé quelques difficultés dont souffre le CRE de Fatick . Parmi celles-ci on peut citer « le manque de moyens matériel informatique et logistique, la vétusté et l’étroitesse des locaux et les inondations pendant l’hivernage« . Des problèmes confirmés par Diégane Diouf le gestionnaire du centre situé à quelques mètres du CDEPS en chantier. « Nous comptons sur les autorités locales et particulièrement notre parrain Me Bassirou Sakho pour l’équipement de notre structure. Nous avons reçu une bonne formation professionnelle grâce à l’abnégation de notre directeur  et de l’équipe pédagogique » a soutenu le jeune homme 

Rappelons que  le  CRE est installé dans le sine depuis 2014 et a pour principale mission la réduction de la facture numérique. Le centre fait également dans la transformation des fruits; dans la saponification et la javélisation.1000 Structure à vocation sociale 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :