A LA UNEEMIGRATION / DIASPORA

Guerre en Ukraine: l’UA dénonce le traitement raciste dont sont victimes les Africains

La guerre en Ukraine et le calvaire pour les Africains fuyant les combats. Les témoignages se multiplient montrant des gens maltraités par des agents de sécurité, notamment empêchés de prendre place dans les trains ou des bus rejoignant les frontières. D’autres Africains se voient bloqués, au passage de frontière, surtout avec la Pologne. Ce lundi, l’Union africaine a décidé de réagir officiellement

L’UA se dit « particulièrement préoccupée » concernant les Africains qui « se verraient refuser le droit de traverser la frontière hors de l’Ukraine ».

Macky Sall, président du Sénégal et de l’UA ainsi que Moussa Faki, président de la Commission, rappellent ensemble que « toute personne a le droit de franchir les frontières pendant un conflit et devait bénéficier des mêmes droits quelle que soit sa nationalité ou son identité raciale ».

Déclaration de l’Union Africaine sur les mauvais traitements infligés aux #Africains qui tentent de quitter l’#Ukraine : https://t.co/ah9wzC8GTD#AfricainsenUkraine pic.twitter.com/yXMVGfTIYD

— African Union (@_AfricanUnion) February 28, 2022
Des références aux multiples images, témoignages montrant des dizaines d’Africains bloqués à la frontière, notamment avec la Pologne, alors que les autres sont autorisés à passer. L’Union africaine parle d’un « traitement différent inacceptable », « choquant », « raciste », qui violerait le droit international. Macky Sall et Moussa Faki demandent donc à tous les États de faire preuve d’empathie et du même soutien, peu importe la race.

Le Nigeria avait déjà dénoncé ces comportement à l’égard de ses citoyens
Peu de temps avant, le Nigeria avait déjà dénoncé ces comportements racistes. « Il est primordial que tout le monde soit traité avec dignité et sans faveur », exhorte la présidence nigériane.

Le Nigeria n’utilise pas le mot racisme mais c’est bien à cela qu’on assiste. Des vidéos et des témoignages circulent montrant des policiers ukrainiens ou des agents de sécurité empêcher des Africains de monter dans des bus ou des trains, pour fuir l’Ukraine et les combats.

Les images d’une jeune nigériane et son bébé, forcés de laisser leur place dans un autocar, ont été largement diffusées. D’autres incidents similaires ont été signalés à la frontière avec la Pologne où les douaniers polonais sont mis en cause. La présidence nigériane cite le cas d’un groupe d’étudiants interdits de passer et qui ont dû retourner en Ukraine pour tenter de rejoindre la Hongrie.

« La couleur de leur passeport, la couleur de leur peau ne font pas de différence »
« Tous ceux qui fuient le conflit ont le même droit de passer en sécurité. La couleur de leur passeport, la couleur de leur peau ne font pas de différence », indique Abuja.

L’ambassadrice de Pologne au Nigeria a, elle, rejeté ces accusations. Joanna Tarnawska déclare que « tout le monde reçoit un traitement égal ». D’ailleurs, « certains ressortissants sont déjà passés en Pologne », indique la diplomate.

C’est vrai. Sauf qu’une fois passés, le calvaire n’est pas fini. Des Nigérians dénoncent le refus de certains Polonais de les prendre en stop, notamment. « On nous traite comme des animaux », a déclaré l’un d’eux.

L’ambassade nigériane à Varsovie a, de son côté, envoyé du personnel et des véhicules à cette frontière pour porter secours à ses ressortissants en fuite.

Dès que nous avons eu vent des allégations de mauvais traitements ou de racisme, nous avons mis sur pied une démarche commune de mutualisation.

Papa Diop, l’ambassadeur du Sénégal en Ukraine et en Pologne

Christina Okello

Une tâche complexe pour la Côte d’Ivoire
Pour faire évacuer les 500 ressortissants ivoiriens présents dans le pays, la Côte d’Ivoire, de son côté, a mis sur pied deux cellules de crise, la première au ministère des Affaires étrangères à Abidjan, la seconde à l’ambassade de Côte d’Ivoire en Allemagne. Philippe Mangou, l’ambassadeur en poste à Berlin, a décidé de se rendre à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine pour favoriser cette évacuation.

Il est ainsi parti, ce lundi matin, en direction de Cracovie. L’Ambassadeur de Côte d’Ivoire en Allemagne dont la charge diplomatique s’étend à la Pologne doit rallier, au plus tard demain matin, l’une des villes qui borde la frontière polono-ukrainienne.

L’objectif de sa mission est de permettre aux près de 500 ressortissants ivoiriens, vivant en Ukraine, de rejoindre la Pologne. Une tâche complexe. Des ressortissants africains ont déjà été empêchés de passer la frontière, ce que Philippe Mangou ne comprend pas. « Nous disons que ce sont des situations qui sont anormales. La Convention de Vienne ne va pas dans ce sens, bien au contraire. Quand les ressortissants d’un pays sont en danger pour faits de guerre, il faut les recueillir et je crois que les autorités polonaises, elles vont nous entendre… Pas question de bloquer les ressortissants des pays, il faut les laisser sortir. Au même titre que l’on laisse sortir ceux qui proviennent d’Ukraine, je crois qu’il faut laisser également sortir les Africains. »

Pour mener cette opération à bien, l’ambassadeur dit avoir pris toutes ses dispositions: « J’ai envoyé une note verbale à mon collègue polonais qui est à Berlin, afin qu’il puisse prévenir les autorités de notre arrivée. Nous avons également informé les autorités allemandes de notre déplacement parce que si nous devons revenir avec ceux qui sont sortis de cette zone, nous allons les diriger sur l’Allemagne où ils ont mis sur pied des centres d’accueil. »

Ces ressortissants ivoiriens auront alors possibilité de regagner, s’ils le veulent, la Côte d’Ivoire à condition bien sûr que, tour à tour, la Pologne et l’Allemagne les laissent entrer sur leur territoire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :