JUSTICE - TRIBUNAUX - POLICE

L’avocat Samba Thiam relève la ‘’grande judiciarisation’’ de la société sénégalaise

Dakar, 22 avr (APS) – Le Sénégal a connu des ‘’avancées considérables’’ en matière de protection des droits de l’homme, qui se sont accompagnées d’une ‘’grande judiciarisation’’ de la société sénégalaise, a relevé dans un entretien avec l’APS l’avocat Samba Thiam, nouveau président exécutif par intérim de l’Organisation nationale des droits de l’homme (ONDH).

 

‘’Aujourd’hui, avec le nombre de procès dont nous entendons parler, a dit M. Thiam, on se rend compte qu’il y a une grande judiciarisation de notre vie.’’

 

‘’Le Sénégalais a le réflexe de dire ‘je veux qu’il y ait justice’. Nous n’avions pas cela (…) Il y a une grande ouverture’’, a souligné Me Thiam, avocat au barreau de Paris et enseignant à la faculté des sciences juridiques et politiques de l’université Cheikh-Anta-Diop (UCAD) de Dakar.

 

Ce constat découle du fait que ‘’les Sénégalais connaissent maintenant leurs droits’’, selon Me Thiam. 

 

‘’Ils sont guidés par le bon sens. Il y a des avancées considérables et remarquables, mais il reste toujours beaucoup de choses à faire’’, a-t-il précisé.

 

Aucun Etat ne peut se targuer de ne jamais violer les droits de l’homme ou de les respecter rigoureusement, a-t-il soutenu, ajoutant : ‘’Il y a toujours des choses à améliorer.’’

 

A la tête de l’ONDH, Samba Thiam dit souhaiter emmener l’Etat du Sénégal à garantir davantage et à faire respecter les droits de l’homme. 

 

Le Sénégal a une ‘’tradition de culture des droits de l’homme’’, a-t-il dit, estimant que l’Organisation nationale des droits de l’homme, créée en 1987, y a contribué. ‘’C’est aussi grâce à la presse, qui constitue un pouvoir d’information et d’éclairage, que notre société a évolué de manière considérable, sur le plan démocratique. Le peuple s’éveille’’, s’est réjoui Me Thiam.

 

‘’L’ONDH s’arroge le droit d’éclairer, de rappeler les principes et d’aider même les institutions de la République à respecter et à appliquer les principes des droits de l’homme’’, a-t-il ajouté.

 

Samba Thiam estime que ‘’le fait de rappeler les principes et les valeurs est une manière d’aider l’Etat à se conformer à ses exigences et à ses engagements internationaux’’. 

 

Il rappelle que les usagers des services judiciaires ont la possibilité d’aller vers l’ONDH, avec des requêtes, pour obtenir son assistance. 

 

L’organisation de défense des droits de l’homme qu’il dirige est surtout à l’écoute des ‘’personnes vulnérables’’, dont les enfants et les femmes, les personnes vivant avec un handicap. ‘’Il faut qu’on les soutienne, qu’on les assiste.’’

 

Samba Thiam, directeur de l’Institut des droits de l’homme et de la paix de l’UCAD pendant une dizaine d’années, a été élu président exécutif par interim de l’ONDH, la semaine dernière.

 

Affiliée à la Fédération internationale pour les droits humains, cette organisation est membre fondateur de l’Union interafricaine des droits de l’homme. L’ONDH a aussi un statut d’observateur auprès de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :