ACTUALITÉSEducation

SEYBNABOU GUEYE GOUVERNEUR DE FATICK SUR LES VIOLENCES SCOLAIRES « Il faut faire de l’école une société de droit avec l’instauration du respect mutuel… »

La région de Fatick a été récemment secouée par un triste événement au sein d’un établissement scolaire à Karang avec la circulation sur les réseaux sociaux d’une vidéo montant l’exercice d’une violence sur un élève par deux de ses camarades. La cérémonie officielle des activités du gouvernement scolaire du collège Khar Ndoffene Diouf de la commune de Fatick a été saisie par la cheffe de l’exécutif régional de rappeler aux élèves que l’école « n’est pas une arène et que la violence ne sert à rien dans un milieu scolaire ».

La vie en société est souvent source de conflits en raison des intérêts divergents des besoins et des valeurs qui ne sont pas toujours les mêmes. Cependant Madame Seynabou Gueye gouverneur de Fatick ne cautionne pas les violences scolaires.

« je rappelle aux élèves que l’école n’est pas une arène. La violence ne sert à rien dans un milieu scolaire. Elle est inutile. Vous êtes des apprenants à ce titre votre bataille est le travail intellectuel à faire avec détermination dans la discipline et le respect de l’autre » a t’elle rappelé lors des activités du gouvernement scolaire du cem khar ndoffene Diouf de la commune de Fatick.

Sur ce, Seynabou Gueye souhaite une autre forme de festivités dans les écoles « il faut redonner au gouvernement scolaire un rôle plus actif dans nos écoles. Le gouvernement doit dépasser l’organisation d’activités parascolaires et s’occuper des tâches plus essentielles comme la supervision du journal, élaborer et réviser le règlement intérieur, élaborer le projet éducatif, faire des médiations ».

Le gouverneur de Fatick veut que les acteurs de l’éducation fassent de l’école « une société de droit avec l’instauration du respect mutuel d’apprendre les normes élaborées ensemble, d’utiliser le dialogue la concertation et faire fonctionner les instances et les procédures instituées ».

Ainsi, le gouverneur souhaite que « le système éducatif de Fatick soit une vitrine pour le Sénégal et pour cela elle exhorte à chaque élève de s’investir et de travailler durement de sorte que tous les apprenants soient excellents et que la tendance actuelle du niveau général des élèves à la baisse puisse être inversée ».

Seynabou Gueye et l’inspecteur d’académie ont pris en compte les doléances des élèves du collège qui demandent la réhabilitation des infrastructures de l’établissement construites depuis 1962.

Rappelons que 90 élèves ont obtenus cette année dans cette école des moyennes comprises entre 15 et 18,62 pour ce premier semestre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :