CULTURE / ART

CÔTE D’IVOIRE- MUSIQUE : Quel avenir pour le couper décaler après la mort de Dj Arafat ?

Article réalisé par Dan Singault de Blagouin

La nuit du 11 au 12 Août 2019 restera dans l’histoire de la musique ivoirienne, marquée d’un triste sceau. Houon Ange Didier plus connu sous le pseudonyme de DJ Arafat, donnait tragiquement son âme à Dieu, à la suite d’un accident de moto. La triste nouvelle a bouleversé le monde entier tant l’homme était d’un charisme et d’une aura exceptionnels.

Fils de Houon Pierre et de Tina Glamour, eux-mêmes artistes, DJ Arafat déposait le micro dans la fleur de l’âge. Une trentaine d’années de vie ! Il est parti alors que la gloire et la célébrité lui ouvraient les bras, laissant ses milliers de fans dits les Chinois dans la désolation. 

Sao Tao le dictateur, Beerus Sama, Commandant Zabra, Influenmento, Yorobo…, DJ Arafat, l’homme aux surnoms multiples était le maître du Couper Décaler, cette musique mise en marche dans les années 2000 par l’Ivoirien Douk Saga et sa bande d’amis jet-setteurs. Avec sa gouaille presqu’irrévérencieuse, DJ Arafat régnait sur cette musique. Provocateur à souhait, il n’hésitait pas à s’attaquer aux autres grosses têtes du milieu à travers des vidéos parfois virulentes. Ces sorties qui stimulaient la concurrence avaient fait du Couper Décaler la musique urbaine la plus en vogue en Côte d’Ivoire.

Aujourd’hui, cette musique marque le pas. L’héritage du Daïshikan DJ Arafat est sûrement lourd à porter. Debordo Leekunfa et Serge Beynaud qui maintenaient le rythme aux côtés de l’idole des  » chinois  » s’essouflent. L’absence de DJ Arafat se ressent encore. Et c’est malheureusement tout l’avenir du Couper Décaler qui s’écroule. Si Kédjévara le Météormane, Debordo et Serge Beynaud tentent de le maintenir à flots à travers des singles sporadiques, leurs efforts sont bien insuffisants. Le guide manque véritablement à l’appel. 

Signe des temps. C’est le Rap Ivoire qui a conquis le cœur de la jeunesse ivoirienne. KS Bloom, Suspect 95, Didi B, Elown Kiff No Beat et d’autres rappeurs planent sur le showbiz ivoirien. 

Hélas,  » ce que la mort touche ne se réchauffe plus aux foyers d’ici-bas”. 

DJ Arafat est parti. Il a fait sa part. Aux vivants de tenir la flamme du Couper Décaler vive ! Au travail, chers  » Couper Décaleurs  » ! 

       

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :