CONTRIBUTION

Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? (Par Adama NDIAYE)

“Il ne faut jamais sous-estimer le rôle de la bêtise dans l’Histoire”

Raymond Aron


Par deux fois, en quelques semaines, on s’est appesanti sur les tares de la vie politique, d’abord durant le processus de confection des listes (le-festival-des-cancres-par-adama-ndiaye_n_379275.html), puis d’un point de vue plus général en nous intéressant au discours stérile, routinier où le bruit l’emporte sur le fond, et ressassé ad nauseam par les politiciens (https://www.seneweb.com/news/Chronique/a-rebrousse-poil-nuisance-sonore-politiq_n_380648.html).

Mais il est dit qu’en ce début d’hivaernage, la classe politique ne nous épargnera aucune indélicatesse, aucune bassesse,  et disons-le, aucune ignominie. Chaque fois que l’on croit, ou  que l’on espère que le fond a été atteint, une figure politique  creuse encore plus profondément le sillon de l’indécence.

Hier en fin d’après-midi, un ministre de la République, celui de l’Économie numérique et des Télécommunications, M. Yankhoba Diattara, a appelé à re-circoncire l’organe génital de Ousmane Sonko. Visiblement ravi de sa trouvaille et encouragé par les rires de son auditoire, le responsable politique de Thiès va plus loin en préconisant que l’on coupe carrément tout l’appareil génital du Maire de Ziguinchor pour éviter qu’il s’en prenne encore aux jeunes filles sénégalaises.

En roue libre, le vice-président du Conseil départemental de Thiès, oups Dr Diattara plutôt, reprenant à son compte les vieilles méthodes staliniennes, traite son adversaire de “malade mental” et se laisse aller à un diagnostic clinique en le décrivant comme une personne souffrant de “schizophrénie paranoïde”. Je sais qu’au Sénégal  l’on est non parfois indifférent à la santé mentale, mais cette sortie venant d’un ministre,  qui en croyant railler un homme politique, stigmatise des milliers de malades mentaux et se montre insensible à leur pathologie, est tout simplement scandaleuse. Pour paraphraser un livre écrit par les journalistes Gérard Davet et Fabrice L’Homme, un ministre de la République ne devrait pas dire ça. Mais surtout un Président de la République ne devrait pas tolérer des propos d’une telle bêtise chez un de ses collaborateurs.

Mais peut-on réellement compter sur le Président de la République pour condamner ce genre de sorties ? Lui-même et son camp, en général, n’ont pas affiché la moindre indignation lorsque mercredi dernier, Hamath Suzanne Camara, confortablement installé dans son salon a appelé à “tuer” Ousmane Sonko. Quel signal donne-t-on si la majorité et surtout la justice restent se bouchent les oreilles devant un cas flagrant d’appel au meurtre ?

On aurait pu s’attendre dans le traitement de ce cas à la même diligence que celle mise en branle dans le dossier Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly, envoyé en prison pour une sortie bête là-encore et une blague de mauvais de goût , mais en définitive bien moins grave que l’incitation au meurtre. La crédibilité de l’institution  judiciaire  ne peut qu’être entachée par cette preuve manifeste de deux poids, deux mesures.

En définitive, il est temps que cette interminable récréation se termine et qu’on retrouve la dignité du débat. Les Sénégalais méritent mieux qu’un festival de coups bas.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :