Afrique

Tragédie de Nador : Les autorités marocaines accusées d’avoir tenté de dissimuler les chiffres des morts de Melilla

Après la mort de 37 migrants selon les autorités marocaines, plus de 100 selon certaines associations de lutte pour les droits humains suite à une barbare répression de la gendarmerie Royale, des voix s’élèvent pour protester contre le  projet apparent d’enterrer les victimes sans enquêter sur la cause du décès ni essayer de les identifier. Une situation qui a fini d’installer une inquiétude chez certains diplomates et ONG africaines .
Depuis 72 heures, de plus en plus de voix s’élèvent pour une enquête sur la mort de 37 personnes qui sont tuées en essayant d’escalader une clôture pour entrer à Melilla, l’enclave espagnole au Maroc..
Environ 2 000 personnes avaient pris d’assaut vendredi les grilles de la frontière fortement protégée entre la région marocaine de Nador et l’enclave espagnole. Les autorités marocaines affirment que 23 personnes sont mortes et 140 policiers ont été blessés lors des affrontements, tandis que plusieurs ONG affirment que le nombre de morts est de 37 et même plus, selon les témoignages des rescapés.
Si Macky SALL le président de l’Union Africaine a tardivement réagi à travers un tweet pour présenter ses condoléances, le président de la Commission de l’organisation continentale Moussa Faki Mahamat,  a été plus mordant. ” Je demande une enquête immédiate sur la question et rappelle à tous les pays leurs obligations en vertu du droit international de traiter tous les migrants avec dignité et de donner la priorité à leur sécurité et à leurs droits humains, tout en s’abstenant de recourir à une force excessive ».
Et Moussa Faki de poursuivre,  “J’exprime mon profond choc et ma profonde inquiétude face au traitement violent et dégradant des migrants africains qui tentent de franchir une frontière internationale du Maroc vers l’Espagne.”
Certains ressortissants africains craignent que les Marocains aient déjà creusé des tombes pour les morts et envisagent apparemment de les enterrer sans enquêter sur la cause du décès ni essayer d’identifier les victimes. L’association marocaine des droits de l’homme a qualifié de “scandaleux” le projet des autorités d’enterrer les morts “sans enquête, sans autopsie et sans identité afin de dissimuler cette catastrophe”.
Pour Jude Sunderland, de Human Rights Watch qui a été joint par Atlanticactu : « Il est choquant que les autorités marocaines pensent à enterrer à la hâte les hommes qui sont morts. Ils ne doivent épargner aucun effort pour identifier les corps et les conserver de manière digne et appropriée pour permettre les autopsies et la vérification de la cause du décès. Ceci est crucial pour assurer une enquête complète sur ce qui s’est passé. Il incombe également au Maroc d’organiser le transfert des défunts à leurs familles pour des inhumations conformes à leurs volontés.”

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :