ACTUALITÉSSOCIETE / FAITS DIVERS

Diamniadio : un voleur de moto poignardé mortellement avec une barre de fer

Omar Mbengue risque une peine d’emprisonnement ferme de six (6) mois. Il comparaissait, hier, à la barre des flagrants délits de Dakar pour répondre des faits de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort dans l’intention de la donner.
 
Alioune Badara est mort à l’issue d’une course poursuite avec le propriétaire d’une moto qu’il voulait soustraire. Les faits ont eu lieu à Diamniadio. En effet, le sieur Omar Mbengue qui revenait d’une cérémonie religieuse a été surpris de retrouver dans son domicile Alioune Badara.
 
Dans sa parution de ce vendredi , le journal  Source A informe que ce dernier était en train de pousser sa moto qu’il voulait dérober. Pris sur le fait, Alioune Badara a pris la fuite et Omar Mbengue l’a poursuivi dans l’obscurité. Arrivé dans la rue, le défunt a sorti une paire de ciseaux qu’il lui a administrée au niveau du bras. Ayant senti sa vie menacée, Omar a riposté. Il a ramassé une barre de fer avant de la lui poncer au dos.
 
Malheureusement, ce coup a été fatal pour Alioune Badara car il a occasionné de graves blessures au jeune homme. Ce dernier, malgré la douleur qui l’a gagné, s’est quand même accouru vers l’hôpital qui était juste à côté pour sauver sa vie. Hélas, il a succombé avant que des soins ne lui soient administrés.
 
Selon lui, c’est en ce moment même que Omar est arrivé à l’hôpital à bord de sa moto. Sans ambages, il a reconnu être l’auteur des faits qui ont ôté la vie à Alioune Badara. Le vigile fait savoir au juge que jusqu’à présent tout ce qu’on sait du défunt c’est qu’il s’appelle Alioune Badara et rien d’autre. «Il n’y a aucun élément qui nous permet de l’identifier. Il n’avait pas sa carte d’identité et quand il venait à l’hôpital», narre-t-il dans le journal  source A.
 
Inculpé pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner, Omar Mbengue comparaissait, hier jeudi, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Comme à l’enquête, le prévenu est resté constant dans sa déclaration. « J’ai trouvé la victime chez moi à 6 heures du matin en train de voler ma moto. Dès qu’il m’a aperçu, il a pris ses jambes à son cou et je l’ai poursuivi. Dès qu’on est sorti de la maison, il s’est retourné et m’a poignardé au bras à l’aide de la paire de ciseaux qu’il détenait. Pour me défendre, j’ai ramassé par terre une barre de fer que je l’ai poignardée au dos », raconte le prévenu.
 
Face aux aveux du mis en cause, la représentante du ministère public a estimé que les faits sont constants. Par conséquent, elle a demandé aux juges de le déclarer coupable et le condamner à une peine d’emprisonnement ferme de six (6) mois. Cependant, l’avocat de la défense  a sollicité une application clémente de la loi pénale. Ainsi, le tribunal a mis l’affaire en délibéré au 07 juin prochain.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :