SOCIETE / FAITS DIVERS

Aux origines d’un paradoxe : pourquoi l’or local tarde à briller pour les bijoutiers sénégalais

Les bijoutiers sénégalais peuvent désormais imaginer leur avenir sereinement. En effet, ils avaient émis le souhait de s’approvisionner localement, pour éviter les fluctuations du marché mondial. Ils obtiennent gain de cause. D’après Le Quotidien, les producteurs d’or ont accepté de leur réserver une partie de leurs produits. Seulement, le projet tarde à se matérialiser à cause de la Tva. Les bijoutiers, qui veulent la supprimer du prix négocié, devront laisser à l’État le temps de la réflexion.

Oumar Sarr, le ministre des Mines et de la géologie, les a rassurés : «L’or produit au Sénégal est majoritairement exporté. On a entendu le souhait des bijoutiers locaux qui veulent une partie de cet or. En même temps, les artisans qui produisent de l’or localement. On estime le chiffre à 5 tonnes produites par les artisans. C’est une production de 200 milliards de francs Cfa par les orpailleurs. C’est parfaitement compréhensible que les bijoutiers locaux veuillent s’approvisionner sur le marché local au lieu d’aller à Dubai ou en Suisse pour s’en procurer.

Le ministre de poursuivre : « Les industriels sont d’accord pour donner une partie de la production aux bijoutiers locaux. Ils avaient parlé de 500 kg d’or. Mais il faut savoir comment se fera la transaction. Est-ce qu’il faut payer la Tva ou pas ? On est en train de réfléchir pour trouver le bon moyen. On veut créer un comptoir national qui va capter et vendre cet or à un prix négocié avec les bijoutiers. C’est un projet qui va aboutir rapidement. Nous allons trouver une solution pour la Tva ». C’était en marge de la cérémonie de partage du rapport d’analyse sur les données minières.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :