Economie

Wave Mobile Money obtient 90 millions d’euros auprès de l’IFC

Un communiqué de Wave renseigne que IFC a arrangé un financement de 90 millions d’euros, comprenant un prêt d’IFC pour son propre compte de 25 millions d’euros, des prêts B d’un montant total de 41 millions d’euros de Symbiotics, Blue Orchard, responsability et Lendable, et des prêts parallèles d’un montant total de 24 millions d’euros de Finnfund et Norfund. Delphos International a agi en tant que conseil en transaction pour le compte de Wave.

Selon le document, le financement, consenti par IFC et d’autres investisseurs, aidera Wave à développer ses activités en Côte d’Ivoire et au Sénégal et à élargir son offre de produits ainsi que sa clientèle.

Le partenariat entre IFC et Wave permettra de répondre à la forte croissance de la demande en matière de paiements numériques et de services de mobile money en Afrique de l’Ouest, une tendance qui a été renforcée par la pandémie de COVID-19, confie le texte. L’accès aux services financiers numériques reste cependant limité dans la région, avec seulement 24 % de comptes de mobile money actifs, contre 34 % en Afrique de l’Est en 2020.

Plus de 6 millions d’utilisateurs actifs au Sénégal

Wave Sénégal compte à ce jour plus de 6 millions d’utilisateurs actifs et la fintech offre également des services de paiements de factures, de paiements marchands et plus récemment les transferts bank-to-wallet, rapporte le communiqué. Qui ajoute que Wave Côte d’Ivoire qui opère dans le deuxième plus grand marché pour la fintech propose désormais les paiements de factures et les transferts d’argent internationaux en plus des paiements de personne à personne.

« La vision de Wave, qui consiste à faire de l’Afrique le premier continent ‘cashless’, en proposant des solutions abordables et orientées vers les utilisateurs, correspond aux ambitions d’IFC en matière d’inclusion financière universelle, » a déclaré Coura Sène, directrice régionale de Wave Mobile Money pour la zone couvrant l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). « Cet investissement d’IFC et d’autres partenaires va nous aider à offrir une variété de produits financiers, ce qui encouragera les utilisateurs à rester dans le secteur financier formel et favorisera l’inclusion financière dans la région. », soutient-elle.

Pour sa part, Aliou Maïga, directeur régional d’IFC pour l’Afrique de l’Ouest et centrale confie : « Favoriser l’accès aux services financiers pour les populations à faible revenu non bancarisées est une priorité pour IFC ». Aussi, poursuit-il, « notre investissement dans Wave va non seulement promouvoir un secteur financier plus inclusif, mais il va aussi grandement contribuer à favoriser l’essor des solutions numériques en Afrique de l’Ouest. »

Par ailleurs, le texte indique qu’outre le financement des opérations des deux sociétés, le soutien d’IFC favorisera la mise en place d’un environnement propice au développement des services de mobile money dans la région grâce à l’offre de service de Wave, caractérisée par une grille tarifaire plus simple et des coûts de transaction réduits. Cela devrait permettre d’accroître la fréquence et la valeur des transactions et de favoriser de nouvelles formes d’utilisation, en particulier parmi les clients à faible revenu.

« Le modèle radicalement abordable de Wave, qui ne facture que 1% pour les transferts et permet aux clients de faire des dépôts et des retraits d’espèces sans frais, a déjà profité aux marchés de plusieurs pays de l’UEMOA, avec des concurrents emboîtant le pas et baissant les prix – au bénéfice des consommateurs. Wave a connu des taux élevés d’adoption et de rétention des consommateurs au Sénégal et en Côte d’Ivoire, contribuant ainsi activement aux stratégies nationales d’inclusion financière et d’économie numérique dans les deux pays. », rapporte le communiqué.

En septembre 2021, rappelle-t-il, IFC a investi 5 millions de dollars dans Wave Mobile Money Holdings Inc. dans le cadre d’un co-investissement avec Partech Africa. Au cours des six dernières années, IFC a investi ou mobilisé auprès d’autres investisseurs plus de 1,25 milliard de dollars dans l’écosystème technologique africain, renseigne enfin le document.
Bassirou MBAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :