CULTURE / ART

RD CONGO – Koffi Olomide enflamme déplace son geste sur la Toile

Koffo Olomide @ Capture photo page Facebook Kofi Olomide

Hélas ! Il n’a pas sorti un nouvel album. Il défraie une autre actualité : entorse aux bonnes mœurs. Ce dimanche 18 septembre 2022, une vidéo, mettant en scène la star de la rumba congolaise et une de ses danseuses dans un studio d’enregistrement à Paris, enflamme les réseaux sociaux. L’artiste a eu des gestes déplacés à l’endroit de sa danseuse : il a effleuré la partie la plus symbolique de la grâce féminine : les fesses. Décidément. Il est incorrigible, le grand Mopao.

Cette vidéo remet au jour la sempiternelle question qui avait, il y a quelques années, remué le monde des arts quand Gabriel Matzneff et Harvey Weinstein avaient été secoués par la déferlante MeeToo : doit-on séparer l’artiste de l’homme – l’homme de l’artiste ? L’artiste et l’œuvre doivent-ils donc « épouser le même dessein : un engagement, conduisant à l’indissociabilité entre les deux. Une indifférenciation : ils sont devenus les mêmes« .

Koffi Olomidé, le 13ème apôtre comme l’appellent ses fans, aime se fourrer dans le pétrin. Il est encore au cœur d’une autre polémique : un scandale à caractère sexuel. Les réseaux sociaux en font leur chou gras. La réaction des internautes du monde entier ne s’est pas fait attendre. Tous fustigent le manque de pudeur et les mauvaises mœurs de l’artiste congolais. Dans une très courte vidéo, visionnable sur les réseaux sociaux, on voit clairement la star congolaise « se mettre bien » ; il y tripote une de ses danseuses. Mais ne nous y trompons pas, ce n’était qu’une séance de répétition musicale. Un geste, somme toute, déplacé qui devrait sérieusement entacher encore plus l’image de l’artiste, ambassadeur, rappelons-le, de la culture congolaise.

Circonscrivons la chose afin que chacun puisse se faire sa petite idée de cette vidéo qui met en branle, depuis ce dimanche 18 septembre 2022, la Toile ! Un studio d’enregistrement. Une séance de répet. Koffi Olomide entre. Une jeune dame affriolante, belle à croquer, je n’exagère rien, est déjà dans la place avec l’orchestre. Koffi Olomidé passe une main vagabonde sur les fesses de la jeune dame. Sûrement pour y tuer une mouche qui lui suce le postérieur. Mais, rien n’est sûr. La jeune dame, surprise, sursaute. Elle n’avait rien vu venir. Elle se retourne et voit Koffi. La stature de l’homme tempère sa colère. Elle ne manifeste aucune réaction. Devrait-on prendre cela pour de l’assentiment. Pas si sûr. Bon ! On n’en sait rien.  Ne mettons pas la charrue avant les bœufs.

Koffi Olomidé n’est pas à son premier fait d’arme. En 2016, une vidéo compromettante circulait sur la Toile. On y voyait le chanteur congolais de la rumba battre copieusement une de ses danseuses à l’aéroport de Nairobi au Kenya. Des coups de pieds, des coups de main. Une vraie boxe anglaise. Incarcéré à la prison de Makala à Kinshasa, il avait été ensuite relaxé. Les stars bénéficient toujours d’une certaine grâce, d’une forme d’impunité même quand ils sont pris sur les faits. Pour des faits d’agression sexuelles sur des mineures et séquestration de personnes entre 2002 et 2006 à Paris, le Grand Mopao avait été condamné à 18 mois de prison avec sursis.  

       

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :