« J’AI HONTE POUR NOTRE GOUVERNEMENT » : DES CADRES DE L’APR FRANCE FONT BLOC DERRIERE OUSMANE SONKO




L’affaire « Sweet Beauté » va-t-elle faire éclater la Convergence des Cadres Républicains (CCR) de France ? La question mérite d’être posée puisque certains membres de cette structure, prenant le contre-pied du communiqué de la CCR/France qui avait lourdement chargé Sonko, condamnent fermement l’instrumentalisation de la justice pour liquider le leader de Pastef, la même stratégie mise en œuvre par le pouvoir pour écarter Karim Wade et Khalifa Sall de la dernière présidentielle.
« J’ai honte pour notre gouvernement ! Quelle bassesse ! Nous n’avions pas combattu Wade pour que le gouvernement de Macky bafoue notre démocratie et fait des martyrs ! Trop c’est trop !! », fulmine un cadre dans le « Google Groupes » de CCR/France. Un autre, piquant lui aussi une colère noire, embouche la même trompette : « Le bilan largement positif du Président Sall, bâti sur plus de huit ans, est en train d’être terni par les images apocalyptiques que le Sénégal offre à la face du monde depuis 72h. »
Certains cadres, toujours dans le même groupe, s’offusquent des nombreuses arrestations d’opposants et de militants de la société civile depuis l’éclatement de l’affaire « Sweet Beauté ». C’est le cas de celui qui a écrit que « rien ne justifie ces arrestations massives au nom d’une opposition politique ou +politicienne+. Un adage dit “une masse ne réfléchit pas”, les populations sont révoltées et le chaos est en train de s’installer. La paix sociale n’a pas de prix ».
Comme pour savourer la prise de position de ses camarades, un autre membre de la CCR/France, s’adressant à l’un d’entre eux, a écrit : « C’est bien heureux que nous cadres de l’APR puissions encore compter dans nos rangs des intellectuels de ton genre. »
L’affaire « Sweet Beauté » pourrait installer une crise interne au sein de la famille politique de Macky Sall. Des voix vont certainement se lever pour réclamer la tête du ou des commanditaires de ce complot qui a fortement terni l’image du Sénégal.
Cheikh Sidou SYLLA