Franc-maçonnerie et Islam – Le cas du roi Hassan II




« Idrissa Deby au Tchad, Blaise Compaoré au Burkina Faso, Omar Bongo au Gabon, Denis Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, Hassan II au Maroc…Tous ont été initiés à la GNLF(Grande loge nationale française), l’obédience la plus rattachée aux potentats africains ». C’est ce que nous avons lu à la page 617 du livre volumineux intitulé « Histoire secrète de la Ve République ».

Si nous nous intéressons à la question, c’est parce que le silence du Maroc sur l’agression perpétrée contre le peuple palestinien interroge sur le complot judéo-maçonnique, qui est une théorie du complot désignant une collusion ou alliance supposée entre les milieux se rattachant au judaïsme et ceux relevant de la franc-maçonnerie afin de tendre vers la domination de la société.

Une suspicion d’autant plus légitime que le roi du Maroc, ex officio, préside depuis 1975 le comité Al Qods, regroupant, à l’instigation de l’Organisation de la conférence islamique, tous les Etats arabes qui soutiennent la cause palestinienne. En outre, Rabat abrite le siège dudit comité, doté depuis 1998 d’un bras armé financier, Bayt Mal Al Qods Achari. Le royaume chérifien se sert de cette position pour se rendre incontournable dans l’échiquier moyen-oriental.

Ce silence de Rabat, sur lequel nous avons alerté il y a quelques jours dans ces colonnes, suscite même la curiosité de grandes plumes de la presse internationale. Dans une enquête intitulée « Où est passé le président du comité Al-Qods, roi du Maroc ? », le prestigieux site « L’OrientXX1 » que dirige l’ancien rédacteur en chef du Monde, Alain Cresh, écrit que « face à déferlement de la violence israélienne relayée par les médias (internationaux) et les réseaux sociaux, dans l’indifférence de la communauté internationale, le titre de président du comité Al-Qods est devenu un véritable boulet pour le fils de Hassan II ».

Suprême curiosité : le mercredi 6 mai dernier, après que Rabat a signé la paix des braves avec Israël, sous l’œil bienveillant des USA, le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita, a été invité à une conversation avec le puissant lobby juif américain, dénommé AIPAC. « Installés au Maroc depuis plusieurs siècles, les juifs constituent une partie importante de l’identité plurielle de notre pays et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Constitution marocaine est la seule du monde arabo-musulman à mentionner que la composante juive était essentielle à notre identité », dira le ministre marocain des Affaires étrangères à l’American Israel Public Affairs Committee” (AIPAC).
A suivre…

Thierno Diop




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.