Les germes du chaos




Nous sommes en train d’entretenir les germes du chaos. Ce pays marche sur la tête et on note des clivages marqués au niveau de toutes nos sphères sociales. On pense que le dialogue politique est la panacée alors qu’il ne règle que des contradictions électoralistes de politicards. Ce pays a besoin d’assises inclusives et générales pour engendrer un vrai PACTE SOCIAL sur notre commun vouloir de vie commune et redéfinir ainsi notre rapport à l’intérêt général sans oublier nos droits et devoirs envers la République.

Quand dans un pays la confiance est rompue entre tous les acteurs qui se regardent en chiens de faïence, la voie qui mène à l’impasse semble empruntée. L’école qui est par excellence la pépinière de la construction citoyenne est devenue un laboratoire expérimental de la violence. A cause de la quête acharnée de la dépense quotidienne, les parents qui étaient les garants de l’éducation de leurs enfants sont réduits à un rôle d’éleveurs juste préoccupés par la satisfaction des besoins physiologiques de leur progéniture. La machine sociale n’humanise plus, elle est devenue une fabrique de petits « monstres » sans tenue ni retenue. Repensons le Sénégal, faute de quoi, nous panserons des milliers de Sénégalais. Au grand dam de tous.

Sarakhe Ndiaye




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.