MACKY SALL : LA MÉCANIQUE « TAALI ÑAREET » AUX ORDRES DES ENTREPRISES PÉTROLIERES ET GAZIERES, DES FRANC- MAÇONS ET DES GROUPES DE PRESSION LGBT. PAR AHMADOU DIOP CPC.




Le 22 juin 2019, je titrais en toute connaissance de cause, Macky Sall : « le Juan Guaido » local/où la courroie de transmission de la corruption à Bruxelles. Par Ahmadou Diop.

À Bruxelles, la capitale de la Belgique nous rappelle tristement  bien de mauvais souvenirs amers, concernant les milliers  de congolais,  assassinés, lors de la colonisation par le travail forcé, ont  été froidement  massacrés sur l’autel du mépris et de la rengaine, et ce par la soldatesque du roi Léopold II,- ce qui constitue incontestablement un crime imprescriptible contre l’humanité,- pour avoir aussi propagé  à grande  échelle continentale  africaine, la poliomyélite.

 Pour rappel pour ceux qui ne le savent pas, historiquement, le choix de la Belgique, qui abrite le parlement européen, a été créée de toute pièce par les dirigeants européens de l’époque, pour assurer son existence durable et sa survie, n’a pas d’usines sur son sol, ne construit rien, vit aux dépens des autres. La crise sanitaire mondiale oblige.

La délocalisation des géants américains, Moderna, Pfizer bioNTech [allemand] qui sont autorisés à reproduire les vaccins contre la pandémie en Belgique le prouvent.  Elle a créée pour éviter une déstabilisation politique européenne. Il n’y a rien d’autre.  Et les visas biométriques et l’affaire SNEDAL/ pétro-Tim Asia  de Aliou Sall SNEDAL ?

Oumar Wane,  un prête-nom, qui est supposé cousin d’alliance  de Macky Sall, à l’époque des faits, a créé la SNEDAI Sénégal avec Mr Adama Bictogo comme actionnaire, selon une certaine presse bien informée,  aurait cédé la mise en  œuvre les fabrications de visas à une société belge, dirigée par  Louis Michel, dénommé « Big  Loulou »- faiseur des présidents africains, ancien commissaire européen en charge du développement et de l’humanitaire qui est belge est impliqué dans l’attribution de ce marché juteux à la société belge ZETES. ».

Au lendemain  de la banque de Dakar dite la  BMS [ banque de Macky Sall],  l’ivoirien Adama Bictogo, qui a été éclaboussé dans un scandale dans un marché de déchets en Côte d’ivoire,  suite  au scandale des visas biométriques,  a reçu  comme indemnité indue  la somme de 12 MDS FCFA, construit des préfectures et autres bâtiments  administratifs au Sénégal.

C’est  dans ce pays que  le caractériel altéré, l’aliéné, plus connu sous le nom du tristement célébrissime nègre de services, dit le vassal de l’impérialisme, est allé s’agenouiller bassement  une fois de plus devant ses maîtres suprémacistes blancs bon teint, auxquels il a bien prêté allégeance, fait son show et son numéro habituels, usuels.  

Comment un tel plastique si lâche jusqu’à la moelle, qui interdit tout à la moindre incartade, réduit tout à lui,  et qui promeut quotidiennement chaque jour que dieu fait, la culture de la trahison et la corruption à ciel ouvert, peut-il être un exemple de la bonne gouvernance, ou un redresseur des consciences ?

Il est par définition l’antithèse du panafricanisme. Nos oppresseurs, qui ont un caractère trempé, s’érigent en donneurs de leçons et de moralité. En lieu et place des sénégalais que nous sommes, devraient trancher en dernier lieu, l’Europe, s’auto déclare faiseur de rois et d’opinions, se substitue à nous, choisit l’un des corrompus de la planète entière. Prétend défendre le développement et l’anti-corruption, je ne sais quoi encore ? C’est une insulte doublée d’un cynisme profanateur à l’encontre de tout continent humilié, en dit long sur un prédateur incorrigible,  et dont la platitude  manifeste, est substantielle à son égoïsme repoussant.  Mais dans quelle planète sommes-nous ?

 Je le défie. L’envoyé Spécial Colonial, titré en Afrique et Accrédité à Dakar, qui  parraine la caste lgbt, ne dira jamais  publiquement par vidéo et par audio qu’il n’appartient pas à la secte maçonnique,  est régulièrement dans les valises des bailleurs de fonds, ne lésine jamais sur les moyens, et commande tous azimuts  du matériel de répression à sa clientèle préférée , laquelle  naturellement se frotte les mains, et pourvu que cela perdure.  {VIDEO}-quand Macky Sall s’exprimait sur les droits des homosexuels à l’Université de Harvard: « Il faut protéger les minorités ». La vidéo a été supprimée par youtube et à quelle fin ?

Plus tard, quels soient homosexuels, c’est leur problème, ajoutait-il, mais s’est bien gardé d’en dire autant pour les musulmans majoritaires..Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le câble de la françafrique,  chantre du népotisme, de la corruption, de la pagaille, de l’anarchie, du cannibalisme  politique, de  l’archaïsme, des transvasements et de la transhumance,  par ses folies dépensières, jouit du pouvoir  et  ses voyages  superflues à travers la planète entière, par le truchement de sa justice  injuste, couchée, instrumentalisée, interposée, trie au volet ceux qui doivent participer ou non au cirque, n’est jamais l’odeur d’une sainteté chez lui, bénéficie étrangement d’une notoriété et d’un paternalisme en Europe.  On marche sur la tète.

C’est cet  affabulateur, qui n’a aucune parcelle ni d’éthique, ni d’équité, par ses séquences démentielles en cascades, répondait, à l’invitation du chef de l’exécutif européen, Jean-Claude Juncker, a  eu quand le culot de défendre le développement et la lutte anti-corruption, alors qu’il est l’antithèse de la bonne gouvernance.

Le Conseil anticonstitutionnel qui est sous contrôle  du menteur professionnel, blanchit la déclaration du patrimoine gigantesque du  vainqueur-voleur himself, confisque par devers tous les leviers du  pouvoir.

 Tous les autres organes de contrôle, soi-disant institutionnels n’ont qu’une existence virtuelle, demeurent des jouets pour celui-ci. Comment vouloir défendre à la fois  le développement et l’anti-corruption, en faisant le contraire, et  qui consiste à faire l’apologie du nazisme monétaire, un contresens n’est-ce pas ? Or, on sait que la monnaie CFA [colonies françaises d’Afrique] est un instrument d’asservissement, de domination, de pression et de chantage. Je l’ai déjà exprimé à maintes reprises dans mes chroniques. Si demain, on exploitait  judicieusement, et de façon efficiente les ressources générées par le pétrole et gaz,  couleront à flot, pour ne citer que là,   nous pourrions absolument  garantir notre souveraineté économique, financière, politique et notre défense nationale sur des bases voulues.

Les prétendus économistes incultes, qui sont arrimés à la charte de l’impérialiste, avancent des fausses idées- des fake news- cousus de fil blanc, selon lesquelles une monnaie autre que le franc CFA créerait une instabilité monétaire.

 Et pourtant 16 africains ont leurs propres monnaies. Ou voudrait-on nous faire  croire que nous sommes des incapables. On n’aidera jamais l’Afrique, criblée de tous les anathèmes du monde et de tous les péchés, qu’on a asservie, soumise, humiliée, exploitée, traînée dans la boue, dénigrée, pillée par le travail forcé et la colonisation, et surtout la traite nègrière européenne, qui  a duré  au moins  cinq siècles,. C’est un non sens.

Le développement de l’Afrique digne, viendra d’elle-même et elle seule, unie  et qui travaille sérieusement, changera la donne. L’indépendance réelle, palpable et tangible  commence par la transformation de ses matières premières en produits finis. Nous en sommes convaincus. Les nations développées  et non riches,  comme elles le laissent croire, ont bien compris que le développement  passe nécessairement par le contrôle de la science. Le blanc a  compris depuis fort longtemps que pour diviser un peuple, il faut l’assujettir, l’avilir, le transformer radicalement,  le faire douter, l’apprivoiser, pour le rendre docile et sa désagréger sa société et corrompre ses élites. Relisez mon ouvrage intitulé : «  le Sénégal ».

  Les valets satellites, autocrates, terroristes  sont  tous des franc-maçon, par définition, des béni-oui-oui, selon la loi  des impérialistes. Il n’y a pas un seul qui échappe à la règle, écrivais-je.

 Les masques commencent  à tomber peu à peu, au fur et à mesure que le temps. Qui  peut nier donc la politique des courbettes « TAALI ÑAREET », au risque d’être hypocrite, ridicule ou naïf ? Et  qui a mis donc  le couteau sur la gorge du Tyran,  pour que le projet de loi  liberticide portant modification du code pénal article 279-alinéa1soit voté manu  militari  par l’assemblage  des dépités, alignés ?  

Que mijote-t-il dans le silence, si ce n’est pour justifier par la ruse le report des législatives et de la présidentielle de 2024, et s’accrocher mordicus au pouvoir, et ce sous le fallacieux prétexte d’une déstabilisation des institutions de la république  par une bande organisée  de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste ? 

Est-ce vraiment un hasard qu’au lendemain de la tempête tropicale de mars dernier qui a failli emporter le despote dans les décombres et dans les poubelles, que le projet de loi portant modification du code pénal, a été voté presto illico par la caste servile et tondue.

Rien absolument ne peut justifier ni de près ni de loin, l’urgence d’une telle loi satanique qu’est  l’article 279- alinéa 1 bidon, dont objectif majeur n’a d’autre fin  qu’à asseoir et renforcer davantage le pouvoir autoritaire, autocratique par la terreur.

Au-delà de son caractère foutoir, répressif, institutionnalisé, ce fourre-tout, démoniaque. La loi tant décriée s’inspire du code colonial, se voulait source  de pédagogie violente.

 La mécanique « Taali ñaareet », qui a été parrainée et gratifiée  de la légion d’honneur française,-et pour quels services rendus ?- est aux ordres des entreprises pétrolières et gazières, des franc-maçon et des groupes de pression lgbt, renvoie l’ascenseur.

 À chaque situation exceptionnelle et dans le  pré-carré, tout sert de prolongement soft pour sauver les intérêts expansionnistes non assumés. Le serpent change sa peau, mais garde sa nature. La sémantique change et le vocabulaire aussi, car d’ores déjà tout regroupement m la tyrannie restreindre drastiquement la liberté d’expression.

Cheikh  Tidiane Gadio, le dangereux  mercenaire cagoulé,  qui a eu la langue pendue, ou l’autre Satan, dit  le  transhumant,  a bien brouté et  mangé dans le râtelier  de Wade et  celui de Macky Sall, est les yeux et les oreilles de ce dernier, selon une certaine presse informée,  nous dit qu’il sait qu’il y a des terroristes au Sénégal impliques dans des cellules dormantes, dont il a identifié les cibles à savoir les mausolées de nos dignitaires religieux .  Pour rappel, l’archive audio exhumée par le journaliste Pape Alé Niang met  à nue  ses propos, selon lesquels il ne transhumerait jamais  dans les eaux troubles de l’apr. « Narbi lumu wax ca tente ba lako degue ».

L’affabulateur parmi tant d’autres n’est jamais fiable. Et pour cause.  Ceux qui s’assemblent, se ressemblent, s’unissent comme jamais, n’est-ce pas ? À quoi joue-t-il et pour qui et à quelle fin ?

 La taupe encapuchonnée doit  s’expliquer et  être entendue. Et il faut qu’il nous  dise ses sources ! À défaut de les  fournir, il doit être poursuivi  devant les tribunaux et  bénéficier de présomption d’impunité et de culpabilité avérées, pour diffusion de fausses nouvelles, -fake new- et de propos irrévérencieux,  avec des circonstances aggravées, destinées à créer la psychose permanente, terroriste.  Qu’organise à  nouveau le terroriste né,  qui est sous les plis et les bottes des lobbies franc-maçonniques et des lgbt ?

Celui qui obéit au doigt et à l’œil du tyran,  veut-il donc créer  les conditions des crimes d’état masqués,  pour justifier par la ruse, ainsi, le report sine die la présidentielle de 2024,  surfe sur la thématique terroriste, invisible, en s’appuyant sur  une loi d’exception et au nom d’une instabilité  politique ? Notre pays de la Téranga, le Sénégal est dans une zone de turbulence. Les pyromanes en bande organisée, qui ont des intentions malveillantes, menacent directement la stabilité politique, l’unité nationale et la cohésion sociale  sont prêts à tout pour mettre le pays à feu  et à sang.

Au Sénégal, la secte franc-maçonnique et les lobbies homosexuels, «  intouchables », ont le vent en poupe et le dessus, priment sur nos valeurs traditionnelles, sont reléguées au second plan. Les malfaiteurs en bande organisée sont mieux structurés.

 Comme on dit, pour aller de l’avant et rebondir, demain, ils font profil bas et se tiennent tous petits et dociles, comme des moutons tondus, tressent du bout des lèvres, des éloges taillés sur mesure, en laissant croire une fidélité spontanée à leurs mentors du moment. Alors qu’en réalité, ils n’en pensent pas un seul mot de ce qu’ils disent.

Au lieu  d’être naïfs et sur leur garde-la confiance n’exclut pas le contrôle-, ces derniers aveuglés et comblés, créent, demain, les conditions de leur descente aux enfers, leur renvoient l’ascenseur, les nomment à des postes clés.

Et c’est là où les bats  blessent et le tour est joué et malheureusement pour leur grade. Il sera trop tard pour corriger le tir, agir et arrondir les angles, C’est une réalité tangible ne souffre d’aucune discussion possible. Ce mal s’explique par le fait que nous copions servilement les pratiques  qui sont venues d’ailleurs, que nous considérons comme étant des valeurs universalistes.

 Au lieu de rester nous-mêmes, nous préférons  importer tout, jusqu’à commander même des boutons de chemise et des aiguilles, c’est que nous manquons cruellement d’élites altruistes, responsables à l’endroit et à la place qu’il faut,  dont le moins que l’on puisse dire, sont immatures, inaptes, congénitalement et incapables politiquement.