Macky Sall : le kleptocrate –autocrate jouit du pouvoir par son impunité abrasive, s’arroge l’arrogance et l’indécence de s’exhiber un avion A 320 dernier cri sur le dos du contribuable. Par AHMADOU DIOP CPC.




Ce que l’on croyait  révolu à tort, revient en surface.  Et pour cause.  Car c’est mal connaître le personnage incontrôlable, impassible, incorrigible et  insaisissable, eu égard à son ADN,  a la peau dure.

Que nenni-lu diuweu diexut diogufa– l’accident de l’histoire,  le  tourniquet clinquant en chair et en os – dit  l’entonnoir colonial, le diable défroqué  tigui,  ou  le très tonnant, le moribond  satanique, machiavélique  de son espèce,  qui le prouve   matériellement  sur le terrain du crime,  est nécessairement   sous les plis de la Françafrique jusqu’à l’abime ,- versus la charte de l’impérialisme-  bien connu  par ses ratonnades impulsives et ses  faux bonds et ses folies dépensières.

  Pour être élu à la magistrature suprême , le changeant   nous avait promis à l’époque, comme gages  et  à grands renforts de publicité  mensongère à l’appui,  « la patrie avant le parti »,  la  bonne gouvernance , la rupture, la sobriété , l’efficience  et la transparence, que sais-je encore,  par  médias  endogènes et par la référence   mondialiste propagandiste  de l’arbitraire et de la tyrannie, s’acclimate  par devers et par la désinvolture,  le tout dans une hystérie  exhibitionniste , décapante,  acerbe,  ostensible et  attentatoire, a eu une fois de plus le culot de s’acheter indignement et librement   un bijou flambant neuf à coup de  60  mds CFA sur le dos du contribuable astiqué jusqu’à la lie, dont il n’a eu  que du mépris viscéralement abyssal.  

Du haut de son nombrilisme pathologique,  il  nous  considère  comme son bien personnel, ou sa vache à lait. Un tel agité n’a plus de limite, tant qu’on le laissera faire, il continuera.  Dire qu’il n’est jamais crédible constitue un euphémisme  déroutant, ne se discute plus.

Macky Sall : le kleptocrate –autocrate jouit du pouvoir par son  impunité abrasive, s’arroge l’arrogance et l’indécence de s’exhiber  un avion A 320   dernier cri sur le dos du contribuable.

 Le comble est que  sa chapelle  de thuriféraires  « doungourous «, se convertissent en satellites  docteurs  sémillants,  et dans l’optique de gravir des échelons indus  s’érigent  eux-mêmes en spécialistes  des questions stratégiques de la COM`, s’adonnent piteusement dans une explication de texte hasardeuse, afin de faire passer la pilule amère, et arrondir les angles et cintrer les coins, en un quart de tour.  À chaque saison,  les mêmes inepties  démentes  et renversantes  suintantes reproduisent les mêmes effets nocifs, deviennent les vérités éternelles devant l’éternel, selon le metteur en scène, qui ne roule que pour lui-même par sa petitesse d’esprit.  

 Les dettes massives et à répétitions s’accumulent,  appauvrissent, et plombent davantage  toute l’Afrique si riche  en minerais de toutes sortes, qu’elles ne l’aident en réalité, ne servent qu’à acheter des dettes et au profit des bailleurs de fonds.  

Lesquels   sont créateurs de la charte impérialiste et du supposé droit international. Ce énième achat qui n’en est  pas un,  n’est ni essentiel, ni approprié,  ni opportun.  C’est  plutôt un gouffre financier supplémentaire et auquel s’y ajoutent  à la pelle l’inutile TER invisible, a coûté  la bagatelle de plus  de 1300 MDS  FRANCS CFA  sans compter les autres ouvrages à caractère colonialiste soft.  En  vérité, ces soi-disant  réalisations  onéreuses disent en long sur le label d’un  Gourou de  la mal gouvernance chronique, ethnique.  Le paroxysme de la rupture est que certains acteurs politiques, dont   l’ancien inspecteur des impôts, Amada Bâ,  Aliou  Sall,  Mimi Touré,  Mansour Faye,  Mame Mbaye Niang,  pour ne citer que ceux là,  circulent librement en toute impunité  au nez  et à la barbe  de Serigne Bassirou Guèye,  l’autre Envoyé Spécial, dit le procureur  auprès du Roitelet, sont immensément  devenus si riches par le raccourci politique et  par le  miracle des postes de nomination tanbulax [réécoutez mes émissions « XEW XEWI REWMI « du mardi. Vous serez encore édifiés sur un bazar enjolivé  en vase clos.

 « Le pion  parisien  noir «  machiavélique  tient absolument   à jouir du pouvoir, et pour satisfaire  à ses escapades mortifères à Paris, où il a élu domicile. IL est plus présent en permanence là-bas qu’à l’intérieur du Sénégal.  Quand bien il est là,  il passe tout son temps à faire ses campagnes électoralistes déloyales.  Pis, ce qu’il dit le matin, il le récuse  le soir  même avant de se coucher.

Vétusté  de l’ancien avion– mon œil est un mensonge grossier parmi tant d’autres.  La thèse officielle   ne repose sur aucun postulat réel et tangible, ne tient  que sur une ligne crête. S’agit-il  donc d’une commande  de qui et à quelle  fin ? 

Pour dire la vérité, l’esprit rationnel peut-elle s’accommoder  vraiment  à accepter l’idée farfelue, selon laquelle la vétusté de l’avion présidentiel du tyran encombrant constitue un risque  majeur pour celui dont la moindre  parole n’a jamais valu  un sou, et qu’il faille  donc le remplacer par un  bijou flambant neuf, fraîchement sorti d’usine, est  plus sûr ?

Ce n’est pas une première, ni un scoop, mais un parfum du déjà vu, ou plutôt  « du réchauffé »,  comme d’habitude. Qui peut vraiment accorder un crédit  à la thèse officielle ridicule ?

En  mars 2008, Macky sall a été élevé au grade de la légion d’honneur dans les jardins de l’ambassade de la France à Dakar par jean Christophe Ruffin, l’ambassadeur de  la France. Toute son escarcelle et sa justice ont  eu leurs médailles coloniales françaises et à l’américaine.

L’affabulateur  habitué  à des Fake news

Les véritables raisons invoquées  sont  obscures.  Et pour cause. Il y a lieu de parler  d’une mise en scène  bien huilée, pour tromper  et gruger davantage  les esprits candides.

 Relisez mon article intitulé ” le Gourou de la mal gouvernance familiale”, que j’ai publié le 29 mai 20119. L’Insolite pantin – pantouflard-satellite, est un chef de  clan, trompe-l’œil, et non certainement pas  un véritable chef d’état normal, cela nous rappelle étrangement  son périple africain très onéreux  en juillet 2013, faisait déjà à l’époque les choux gras d’une certaine libre presse, ne mâchait pas ses mots, ne laissait pas embobiner par l’escarcelle de la racaille en place, défrayait hystériquement  la chronique, durant des jours,  en avait une autre grille de lecture plus objective, titrait librement : « Coût exorbitant de la tournée de Macky Sall : Location d’un Airbus A320 à 100 000 euros par jour ! »

« Cette tournée risque de grever encore les finances publiques sénégalaises depuis que l’Airbus A319 CJ Moyen courrier – MSN 1556 – 6V-ONE acheté à la France à prix d’or par l’ancien Président Wade à plus de 20 milliards FCFA est immobilisé depuis plusieurs mois à Perpignan Rivesaltes pour réparation nous dit-on. Macky sall  aloué  La société Masterjet basée en France au Bourget, qui loue ce type d’appareil,Eh oui, l’avion doit revenir à Paris…vide pour un coût minimal de 500.000 € au contribuable sénégalais. »

En effet, les menteries cachaient une sale ardoise financière de grande ampleur rarement inégalée, relevait d’une vaste escroquerie,  digne d’un menteur, dont on ne saurait mesurer  les dégâts  monstrueux.

Derrière un menteur professionnel, se cache toujours un voleur en puissance et en action.

Quelles que soient  les explications tordues, distillées ici ou la,  tendant à justifier l’injustifiable par la ruse- comme si nous sommes des moutons tondus et des gueux- l’indécence du vantard  lâche frise la démence, surtout  à un moment crucial de notre existence ombrageuse, où nous trinquons et trépassons, surtout  à  la suite d’un surréalisme événementiel, le minable, qui n’en  a cure de l’empathie,  s’offre  pitoyablement un joyau, et  à dessein de voyager à  tout vent  et à travers la planète entière,  pour assouvir ses   sorties  démesurées  et ses pulsions névrotiques, et ce, à la seule fin de satisfaire à la demande  presto illico  de sa clientèle impérialiste , qui  est plus que jamais  revigorée. 

En vérité nous avons affaire à un monstre culotté, qui agit sans  foi, ni  loi, ni éthique. C’est le cas de l’écrire tout haut sans langue de bois, ni filtre aucun.   Qui peut donc compter  ses nombreux voyages superflus et les ardoises à couper le souffle, alors que les citoyens, chaque jour que dieu fait,  tirent le diable par la queue, ne mangent pas à leur faim et  manquent de tout, surtout les  soins de santé les plus élémentaires, au point que nos hôpitaux indigènes deviennent des mouroirs à ciel ouverts ?

Malgré tous  déboires  et  nos éternelles litanies, le monstre  atypique,  béni oui-oui  fait vent debout  contre nous tous,  et continue sa trajectoire  totalitaire au su et au vu de tout le monde. Plus-nous  dénonçons   à haut débit  la tyrannie insupportable et abjecte  d’un  Grand guignol  de son  rang,  l’attardé suffisant, tient le cap contre vents et marrées.

 Plus il  en met des couches épaisses,  plus  il agit dans le sens de la répression  totale  tout azimut.  À la suite de la  tempête tropicale en mars dernier, qui a bien failli l’importer dans les décombres  j’écrivais  que nous commençons bien,  mais étrangement,  nous nous arrêtons à mi-chemin, puisqu’on finit  toujours mal.  Dans ces conditions, il va de soi  que rien ne changera d’un iota dans le sens des progrès exponentiels.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.