Mamadou Bamba Ndiaye détaille les « sonkonneries »…d’Ousmane Sonko




Sur quelques « sonkonneries »

La « sonkonnerie » est un néologisme qui a été introduit dans notre vocabulaire politique en 2017 pour désigner un propos émanant de l’honorable Sonko et présentant la triple caractéristique suivante : légèreté, impolitesse et arrogance. Exemple : l’année dernière, il avait dit que la presque totalité des opposants sont des chiens « qui aboient ».

Je pensais que depuis 2017 une certaine forme de maturité s’était produite. Erreur ! Hier soir, j’ai entendu à la télévision les pires « sonkonneries ». Le combat que nous menons pour l’annulation de la dette odieuse qui étrangle nos peuples ne serait rien d’autre que de la « mendicité ».

Mamadou Dia, Thomas Sankara, les autres leaders africains qui ont porté ce
combat au l des décennies seraient-ils donc des « mendiants » et non des militants ayant consacré une bonne partie de leur existence à combattre pour l’émancipation des peuples africains ? Soit ce monsieur ne comprend rien soit il est un faussaire bien diérent de l’image qu’il veut se donner.

C’est la même chose quand il s’en prend à Ibrahima Sène, ignorant qu’il a été l’un des rares haut-fonctionnaires sénégalais ouvertement engagés dans l’opposition et le syndicalisme autonome. Avec une légéreté « sonkonne », ce militant révolutionnaire est impoliment caractérisé de « militant alimentaire », quelle arrogance !

Il reste la troisième « sonkonnerie », celle qui n’a pas été dite cette fois-ci, les journalistes ayant omis de l’interroger sur ses propos légers mais ni impolis ni arrogants à propos du projet de réforme macronienne du franc Cfa.

Wolof Ndiaye nous avait pourtant averti : « mana mana du yaw ». L’autoglorication trahit l’hypocrite. Un bon viatique pour repérer les faux types.

Mamadou Bamba NDIAYE
Ancien député